Work-packages

Ce billet a été publié dans un premier temps sur le site désormais inactif http://geomediatic.net/.

La conceptualisation du problème (WP1) constitue le premier domaine d’activité à la fois en termes chronologiques mais aussi en tant que facteur clé de réussite ou d’échec. Elle recouvre une première tâche (T.1.1.) de constitution d’un corpus documentaire sur le sujet (bibliographie, autres projets équivalents, …) et de mise en place d’un espace de travail collaboratif. Elle recouvre évidemment une seconde tâche (T.1.2.) de mise en place de réunions régulières des membres du projet (3 par an) depuis le meeting de démarrage jusqu’au colloque international de clôture. Enfin, elle débouche au bout de trois mois sur la proposition d’un modèle de données et métadonnées permettant d’entamer la collecte d’information dans de bonnes conditions et d’assurer ultérieurement les fonctionnalités souhaitables. Ce modèle de données et métadonnées (T.1.3.) sera enrichi et révisé tout au long de la vie du projet et délivré en version finale avec la base proprement dite. Il est à noter que nous disposons grâce aux expériences menées depuis avril 2011 sur un échantillon de flux RSS d’un premier modèle de métadonnées à améliorer.

wp1

 

La collecte des données (WP2) débute par une réflexion sur la liste des journaux à retenir dans le projet GEOMEDIA (T.2.1.) sachant que nous disposons d’ores et déjà d’une première liste de 40 journaux dont les flux RSS sont collectés depuis avril 2011. Cette liste initiale sera naturellement amendée par suppression ou ajouts de journaux mais elle offre une base de réflexion utile dès le démarrage de l’ANR et une profondeur historique pour les journaux qui seront retenus. La collecte des flux RSS proprement dit (T.2.2) soulève à la fois des questions techniques (capture, stockage en temps réel) mais aussi implique des choix thématiques.

En particulier, la volonté de ne retenir a priori que les flux médiatiques internationaux soulève des problèmes non triviaux de définition. C’est en effet pour partie grâce aux opérations de codage géographique et thématique du contenu des flux RSS (T.2.3.) que seront retenus ou éliminés certains flux RSS.

wp2

L’exploration des données (WP3) est le cœur du projet GEOMEDIA et correspond métaphoriquement à la raffinerie dans la chaîne de traitement de l’information. La base de flux RSS n’aurait en effet guère d’intérêt si elle ne permettait pas de construire les deux éléments centraux du projet que sont les matrices de flux médiatiques et les systèmes d’événements. La tâche d’agrégation (T.3.1) permet tout d’abord de rendre opérationnel les codages thématiques et géographiques mis en place au terme du WP2. On passe en effet d’item isolés à des quantités de flux RSS relatifs à un (J)ournal, un (T)hème, un (P)ays ou une (D)ate. La combinaison des quatre dimensions JTRS définit un système multidimensionnel de requêtes permettant par exemple d’obtenir des cartes dynamiques (PxD), des familles de journaux traitant des mêmes thèmes (JxT), etc. Dans une optique différente l’analyse d’événements par Systèmes Multi Agents (T.3.2.) permet de suivre la trace d’un événement connu dans les différentes dimensions JTRS et, dans le cas d’événements logiquement liés, de valider ou d’invalider les connexions qui s’établissent entre ces événements dans l’espace des flux médiatiques. Enfin, dans les deux cas précédents, la mise au point d’outils d’exploration visuelle des données (T.3.3) sous la forme de cartes, séries chronologiques, etc facilite à la fois l’interrogation de la base de donnée et la diffusion de résultats. A ce stade du travail il est important de faire un bilan des résultats et de ne pas hésiter à modifier en profondeur le modèle conceptuel (WP1) et le système de collecte des données (WP2) s’il apparaît des discordances avec les objectifs centraux.

wp3

La validation empirique (WP4) de l’ensemble constitué par la base de données (WP2) et les outils d’exploration (WP3) vise à s’assurer de l’intérêt potentiel du corpus constitué par le projet pour les utilisateurs futurs, notamment les chercheurs d’autres disciplines que celles déjà présentes dans le projet. Nous avons retenu pour ce faire trois problématiques de recherche dans des domaines disciplinaires variés. Une analyse des événements médiatiques internationaux (T.4.1.) peut tout d’abord être menée sur la base de la comparaison des réponses médiatiques produites par les différents journaux présents dans la base à des événements tels que « l’affaire Strauss-Kahn » (Cf. Figure ci-dessous). On peut tenter d’en mesurer l’impact international ou, plus précisément, la diffusion spatio-temporelle en considérant chaque journal comme un capteur et un filtre. Un essai de régionalisation comparée du Monde par les flux médiatiques, commerciaux et politiques (T.4.2.) sera entrepris sur la base des résultats du projet de recherche FP7 EuroBroadMap, afin de déterminer si les flux médiatiques obéissent aux mêmes règles (effet de masse ou de distance) et produisent les mêmes divisions du Monde (espaces de relations préférentielles, barrières) que les autres flux. Une analyse géohistorique des transitions démocratiques dans les marges européennes (T.4.3) sera enfin entreprise afin de montrer un exemple d’application localisée d’une partie de la base RSS, mais avec un apport de données historiques. Il s’agira en effet ici de coupler la base de données RSS GEOMEDIA avec des bases historiques pour comparer la façon dont les médias ont rendu compte respectivement de la transition démocratique en Europe de l’Est (1989-1991) et du printemps arabe actuel (2011- …). Ces analyses ciblées seront l’occasion de nouer des collaborations avec des chercheurs d’autres disciplines actuellement non présentes dans le projet, en particulier les sciences politiques, l’économie et l’histoire.

wp4

La diffusion des résultats (WP5) consistera tout d’abord à assurer l’archivage du corpus constitué (T.5.1.) c’est-à-dire l’ensemble constitué non seulement par la base de données des flux RSS mais aussi par son modèle de métadonnées, ses procédures d’enrichissement et d’exploration et surtout une documentation assurant la reproductibilité des méthodes employées. Il conviendra sur ce point de prendre contact avec les TGI ou TGE susceptible d’assurer la pérennité de la base. Le rapport final du projet (T.5.2.) permettra quant à lui de faire un bilan général, à la fois scientifique, moral et financier de l’expérience menée au cours des trois années et de définir des pistes futures pour de nouveaux projets. Enfin, un colloque international (T.5.3) assurera la valorisation des résultats et la mise en réseau du projet GEOMEDIA avec d’autres recherches dans le même domaine. Ces contacts auront en réalité été mis en place bien avant mais le colloque sera l’occasion de les finaliser et de les mettre en forme par la publication d’actes du colloque ou d’un ouvrage collectif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *