Archives par étiquette : Unesco

Le nouvel ordre mondial de l’information : un vieux débat toujours d’actualité ?

Comme le précédent, ce billet est une tentative de synthèse perfectible, n’hésitez pas à laisser des commentaires ou à m’envoyer vos remarques (beauguittelaurent<at>hotmail<dot>com)

L’actualité internationale produite par un média donné n’est pas, ne peut pas être le reflet des faits se déroulant quotidiennement dans le monde : l’accès au terrain est plus ou moins facile, de nombreux critères de sélection jouent et il est logique que des distorsions apparaissent (voir mon précédent billet sur ce blog). L’inégal traitement médiatique des régions du monde a pourtant donné lieu dans les années 70 à des débats internationaux d’une grande intensité. Enjeu politique et médiatique, le débat lancé par l’Unesco sur le nouvel ordre mondial de l’information posait des questions de fond dont l’actualité reste forte. Ce billet rappelle les termes du débat puis tente de synthétiser les études ayant cherché à valider ou à infirmer les principales conclusions de ce débat.

1. Le nouvel ordre mondial de l’information : un constat scientifique, une revendication politique

Plusieurs auteurs montrent dès les années 60 qu’une forte inégalité médiatique existe entre les États à l’échelle mondiale, et ce à deux niveaux : les informations sont produites essentiellement par les agences situées dans des États développés ; le Tiers Monde est peu traité par les médias du Nord et ces derniers en donnent une image négative. Östgaard (1965) constate ainsi que les flux médiatiques sont orientés des États centraux vers les États périphériques pour des raisons de coût : transmettre une information d’une région reculée vers une région centrale est plus coûteux que la démarche inverse. Markham (1961) comparant le traitement de l’actualité internationale par des journaux nord et sud-américains met en évidence l’inégalité en terme de volume – les États-Unis sont très présents dans les journaux sud-américains, les États sud-américains sont très peu présents dans les journaux nord-américains – et la dépendance des journaux sud-américains vis-à-vis de trois agences de presse occidentales (United Press International, Associated Press et AFP). Cette domination concerne d’ailleurs les productions culturelles dans leur ensemble (Tunstall, 1977). Dans un contexte scientifique où l’école de la domination* a une influence notable, l’importance des enjeux culturels et médiatiques est régulièrement souligné : Schiller écrit ainsi en 1978 : « It has become painfully obvious that the ability to identify and to present the national version of events is one of the basic criteria of national sovereignty – along with control of the currency, disposition of the armed forces, and the determination of foreign policy ». La production de l’information devient ainsi un marqueur de la puissance des États et donc un facteur de domination.

Ce constat d’une double inégalité devient un enjeu politique pour le Mouvement des non-alignés (Schiller, 1978). À la conférence d’Alger en septembre 1973, les non-alignés adoptent une première résolution dénonçant l’impérialisme culturel. L’un des objectifs est la création d’une agence de presse non-alignée : la création de cette dernière est décidée à Lima en 1975 et elle est inaugurée au début 1976 – il s’agit de l’agence yougoslave Tanjung.

La revendication est portée devant l’Unesco qui défendait alors la libre-circulation de l’information. La mise en place de la Commission internationale d’étude des problèmes de la communication en 1977, présidée par le prix Nobel de la paix Seán MacBride (ancien leader de l’IRA et fondateur d’Amnesty International), aboutit à la parution en 1980 du rapport Voix multiples, un seul monde (Unesco, 1980). L’objectif est ambitieux (« étudier la totalité des problèmes de communication dans les sociétés modernes », p. xvi), le constat reprend les arguments des non-alignés (« la dépendance dans l’ordre intellectuel et culturel a un effet aussi négatif que dans l’ordre économique. […] Une nation dont les médias sont dominés par l’étranger ne peut prétendre être une nation », p. 42) et les conséquences de cette domination sont clairement rappelés (« certains États puissants et techniquement avancés utilisent leur avance pour exercer un effet de domination culturelle et idéoologique qui porte atteinte à l’identité nationale d’autres pays. […] du fait que le contenu de l’information est élaboré surtout par les grands pays industrialisés, l’image des pays en développement que reflètent les médias est souvent fausse et déformée. », p. 46). Les recommandations données en fin de rapport restent elles d’une grande timidité. Ce rapport sera pourtant l’un des prétextes utilisés par les États-Unis et le Royaume-Uni pour quitter l’Unesco, plongeant l’institution dans une décennie de difficultés financières (Samarajiwa, 1987). L’argument le plus utilisé concerne les risques pour la démocratie d’une information visant à renforcer la souveraineté nationale : que devient alors l’information dans une dictature ? et, plus généralement, que devient la liberté d’informer si l’information devient un instrument au service d’une construction nationale ?

nwioFG5993

Si ce rapport a eu peu d’effets concrets, une riche littérature a cherché à valider les arguments utilisés lors du débat.

2. Actualités du Sud et actualités du Nord : des biais symétriques ?

Trois griefs sont à l’origine du débat sur le nouvel ordre mondial de l’information :

  • les agences de presse sont toutes au Nord – ce grief reste d’actualité malgré des tentatives répétées de produire une information autre (Marthoz, 2012) ;
  • les médias du Nord accordent peu de place au Tiers-Monde ;
  • les médias du Nord présentent une vision négative du Tiers-Monde.

La piste comparative entre actualités internationales au sud et au nord a été la plus explorée. Skurnik (1981) compare l’actualité internationale proposée par le New York Times, Fraternité Matin (Côte d’Ivoire) et le Daily Nation (Kenya) et ses conclusions sont nuancées : les médias africains parlent d’abord des pays africains et peu des pays développés ; le New York Times, contrairement au Daily Nation, insiste davantage sur les aspects positifs de l’actualité africaine que sur les aspects négatifs. Ce dernier point est rarement mis en évidence et la plupart des études montrent que la part des actualités négatives est proportionnellement plus importance pour les pays du sud (Peterson, 1980 ; Meyer, 1996). On peut également citer l’étude de Chaudhary (2001) portant sur quatre journaux de référence (États-Unis, Inde, Royaume-Uni et Nigeria) : si la couverture du Sud par le Nord est majoritairement négative, celle du Nord par le Sud l’est également et, dans les deux cas, les journaux évoquent en très grande majorité les États qui leur ressemblent (les journaux du Sud parlent avant tout du Sud, les journaux du nord parlent avant tout du Nord).

D’autres chercheurs se sont intéressés aux seuls médias du sud pour voir s’ils présentaient les mêmes biais que ceux du Nord : donnent-ils une image négative des pays du Sud ? accordent-ils une grande importance aux États développés ? Emenyeonu en 1995, étudiant les quatre principaux journaux nigérians, montre par exemple que l’image de l’Afrique est le plus souvent négative.

Conclusion provisoire

Logo du NAM News Network

http://www.namnewsnetwork.org/v3/index.php

Les tentatives de dés-occidentaliser la production de l’information existe aujourd’hui encore – on peut par exemple citer la création du Non Alignment News Network en 2005 – mais la part des trois grandes agences de presse (AFP, AP et Reuters) dans la production de l’information internationale reste hégémonique. Le recours aux agences non occidentales reste une exception, même si certains journaux du corpus Géomédia semblent se distinguer, c’est par exemple le cas du quotidien – très contrôlé par l’État – The Herald (of Zimbabwe) qui fait notamment appel aux agences de presse chinoise (Xinhua) et qatarie (Al Jazeera). Quant au constat souvent fait d’une majorité de faits négatifs, cela concerne-t-il la seule actualité internationale ? Suivant un vieux adage du journalisme anglophone, « Good news is no news » et il est fort probable que les mauvaises nouvelles dominent l’actualité en général.

.

* Pour ce courant de pensée, le sous-développement n’est pas un retard dans un processus linéaire (théorie des stades de Rostow) mais une conséquence des échanges inégaux (matières premières contre produits manufacturés) entre États.

Références

A. G. Chaudhary, A Comparative Content Analytical Study of Negative News in Western and Third World Newspapers, Asian Journal of Communication, 11(1), p.25-50, 2001.
N. B. Emenyeonu, Africa’s Image in the Local Press: An Analysis of African News in Some Nigerian Newspapers, Africa Media Review, 9(2), p. 82-104, 1995.
J. W. Markham, Foreign News in the United States and South American Press, The Public Opinion Quarterly, 25(2), p. 249-262, 1961.
J.-P. Marthoz, Journalisme international, De Boeck, Bruxelles, 2e édition, 2012.
A. Mattelart, Passé et présent de la  société de l’information  : entre le nouvel ordre mondial de l’information et de la communication et le sommet mondial sur la société de l’information, Revista de Economía Política de las Tecnologías de la Información y Comunicación, VIII(6), 2005.
C. Meyer, Foreign images: A content analysis of international coverage in American television network news, Mémoire de D.E.A., The University of Arizona, 1996.
K. Nordenstreng, MacBride Report as Culmination of NWICO, Colloque Communication et changement social en Afrique, Grenoble, 2010.
E. Östgaard, Factors Inuencing the Flow of News, Journal of Peace Research, 2(1), p. 39-63, 1965.
S. Peterson, A case study of third world news coverage by the western news agencies and The Times (London), Studies in Comparative International Development, 15(2), p. 62-98, 1980.
R. Samarajiwa, Le nouvel ordre de l’information. Rétrospective et prospective, Tiers-Monde, 28(111), p. 677-686, 1987.
H. I. Schiller, Decolonization of Information: Efforts toward a New International Order, Latin American Perspectives, 5(1), p. 35-48, 1978.
J. H. Sigler, News Flow in the North African International Subsystem, International Studies Quarterly, 13(4), p.381-397, 1969.
W.A.E. Skurnik, A New Look at Foreign News Coverage: External Dependence or National Interests ? African Studies Review, 24(1), p.99-112, 1981.
E. N. Tobechukwu, Global News Flow controversy: Is the South Also Guilty ? International Journal of Communication, 7, p. 13-42, 2007.
J. Tunstall, The media are American. Anglo American media in the world, Columbia University Press, New York, 1977.
Unesco, Voix multiples, un seul monde, Rapport de la Commission internationale d’étude des problèmes de la communication, Paris, 1980.