Archives par étiquette : relations internationales

Un réseau géomédiatique à partir du Corpus Géomédia

Peut-on obtenir une vue cohérente du monde géopolitique à partir des flux RSS récoltés dans le cadre de l’ANR Géomedia ? Un travail, que nous avons présenté à la conférence ECTQG 2015, montre que oui. Nous avons construit un réseau de co-citations géomédiatiques en utilisant un extrait des flux récoltés en 2014. Le principe est simple : nous établissons une liste d’entités géographiques (comme des pays) et, pour deux entités données, nous regardons combien de fois elles ont été citées ensemble dans la base RSS. La combinaison de ces éléments est un objet appelé graphe.

Ce type d’objet inclut beaucoup d’informations mais est généralement trop dense pour être analysé « à la main ». Une stratégie classique dans ce cadre est de rechercher des blocs d’entités très connectées entre elles et faiblement connectées avec le reste du réseau (on parle de « détection de communautés » dans les réseaux complexes). Le but est de simplifier le réseau en utilisant ces blocs. On peut également chercher à savoir si ces groupes ont du sens d’un point de vie thématique et/ou géographique.

 consensus_graph_component2

Nous avons utilisé différentes méthodes pour rechercher ces blocs et comparer les résultats. Bien que ces derniers varient, on trouve une cohérence d’un point de vue thématiques dans les blocs détectés. Pour rendre compte des résultats et offrir une image utile du réseau, nous avons filtré les liens entre entités géographiques n’étant pas à l’intérieur d’un bloc quelque soit l’algorithme utilisé (voir image ci-dessus).

Le Corpus Géomédia pourrait ainsi être utilisé pour étudier l’évolution de la représentation géopolitique du monde selon différents critères, par exemple en fonction de l’origine géographique des médias ou selon différentes époques. Vous trouverez les liens vers les jeux de données ci-dessous, n’hésitez pas à les utiliser !

Plus de détails : F. Queyroi, L. Beauguitte et H. Pecout « RSS Flows, World Structure & Community Detection », ECTQG 2015

Papier : queyroi2015_communities_geomedia

Dataset : ectqg2015_cocitations_dataset

Acteurs internationaux et flux RSS, aspects méthodologiques

Billet écrit en collaboration avec Arnaud Brennetot (UMR IDEES) et Hugues Pecout (CIST)

L’objectif de l’ANR Corpus Gémodédia est la constitution d’une base de données de flux RSS relatifs à l’actualité internationale d’une centaine de journaux dans le monde. L’une des exploitation possible de ce corpus concerne l’identification des acteurs internationaux présents dans ces flux, question de recherche susceptible d’intéresser tant des géographes que des politistes, des sociologues ou des spécialistes de Relations internationales. Le présent billet, après avoir brièvement défini la notion d’acteur international, détaille la méthodologie développée au sein du projet pour identifier les acteurs présents.

De multiples définitions de l’acteur international existent. Celle retenue ici est la suivante : « […] un acteur international peut être défini comme un individu, un groupe, une classe, une institution, un État ou une organisation, dont on peut affirmer qu’il exerce une action intentionnelle au sein du système international » (MacLeod et al., 2008, p. 13 – les termes en gras renvoient à des entrées dans l’ouvrage). La nécessité d’une action intentionnelle permet d’éliminer de la liste des acteurs tous les phénomènes physiques susceptibles d’impacter les sociétés : un tsunami, un cyclone, un tremblement de terre, même s’ils provoquent des dommages colossaux et font les gros titres dans le monde entier ne peuvent être considérés comme des acteurs. 

Cette définition ne permet pas de considérer les stars de la culture ou du sport comme des acteurs internationaux, quand bien même leurs noms seraient régulièrement présents dans l’actualité internationale. Ou alors, ils doivent être liés à des organisations considérées elles comme acteur international : Angelina Jolie sera ainsi considérée comme acteur dans le cadre de ses actions humanitaires mais non lors de la sortie à venir du blockbuster Cléopâtre.

Créer une typologie des acteurs internationaux est délicat : les catégories doivent être exclusives (tout acteur doit pouvoir être rattaché à une et une seule catégorie), aussi homogènes que possible mais permettre des analyses ensuite. Après plusieurs phases de tests, une double typologie des acteurs a été créée : la première concerne le domaine thématique (Politique, Économique, Social), la seconde le niveau institutionnel (Gouvernemental, Intergouvernemental, Société civile, Entreprise).

La catégorie Politique est très englobante dans la mesure où elle regroupe les acteurs gouvernementaux, les OIG et ONG, les mouvements terroristes et de contestation. La catégorie Économique regroupe les firmes, banques et entreprises, les cartels et mafias et les institutions liées au monde économique (FMI, Banque mondiale, Forum de Davos etc.). La catégorie Social groupe les autres acteurs (grands témoins, prix Nobel etc.).

La catégorie Gouvernemental regroupe toutes les institutions nationales (chef d’État, ministre, armée, police, ambassadeur etc.), la catégorie Intergouvernemental regroupe les OIG, la catégorie Société civile est plus hétérogène car elle regroupe toutes les formes d’organisation sociales, temporaires ou durables, autonomes de l’État, acteurs économiques exceptés. Elle regroupe donc des ONG, des mouvements de protestation, légaux ou non (groupes terroristes), etc. Enfin, la catégorie Entreprise groupe les firmes, banques et entreprises.

Constituer un corpus volumineux suppose de mettre en œuvre pour l’analyse des méthodes automatiques de reconnaissance des acteurs et donc la constitution de dictionnaires permettant de taguer les items des différents flux RSS (pour mémoire, un flux RSS est constitué de différents items, chacun étant relatif dans notre cas à la publication d’un article sur le site du journal étudié). Et là, les difficultés commencent… Une première piste consista à créer des dictionnaires de noms propres – chefs d’État et premiers ministres (ou équivalent), principales entreprises mondiales (liste basée sur les palmarès des x principales entreprises paraissant régulièrement dans la presse économique), listes de principales organisations internationales et des principales ONG (listes élaborées grâce à nos connaissances personnelles et complétées via Wikipedia notamment). Or, cette piste est chronophage et les résultats obtenus sont peu satisfaisants, notamment pour les acteurs politiques nationaux. Les chefs d’État et ministres changent souvent et maintenir à jour une telle liste suppose un travail de veille très contraignant. De plus, il n’est pas rare que d’autres responsables soient nommés – ministre des affaires étrangères, de l’économie, ambassadeur etc. – dans les items des flux RSS. La solution choisie a donc été :

  • de travailler sur les statuts : il est rare qu’un nom propre de responsable politique ne soit pas précédé de son titre complet ou abrégé (en anglais, utilisation fréquente des Min. ou des PM pour ministre et premier ministre) ;
  • de compléter cette liste par les quelques grands noms pour lesquels le titre n’est que rarement mentionné (Obama, Poutine etc.). Reste que cette liste est variable selon les pays et qu’un ministre chilien très populaire sera cité dans la presse du pays par son seul nom et échappera donc à nos analyses.

Le dictionnaire mis au point – et amélioré au fur et à mesure des tests sur les différents flux – est pour l’instant trilingue (anglais, espagnol et français). Il aurait été préférable, lorsque l’on tague les items de façon automatique, de commencer par passer les textes en minuscules pour éviter d’avoir à saisir les formes Ministre, ministre et MINISTRE par exemple. Malheureusement, la création de faux positifs est très élevée, notamment avec l’ONU (UN en anglais) et l’OMS (WHO en anglais). Toutes les variantes possibles ont donc été inclues dans le dictionnaire – les variantes incluant les tirets (présents ou absents selon les cas) pour les noms composés et la présence ou non de points pour les abréviations (UN et U.N. par exemple).

Les premiers tests sont concluants : les principaux acteurs politiques sont identifiés dans plus de 90% des cas, les OIG et ONG sont identifiés dans 95% des cas. Les mouvements terroristes et séparatistes sont également saisis dans l’immense majorité des cas. L’utilité du dictionnaire de tags suppose qu’il soit régulièrement actualisé : qu’il s’agisse des ONG ou des mouvements terroristes, de nouveaux acteurs apparaissent régulièrement dans l’actualité. La limite la plus évidente concerne l’identification des acteurs économiques, et notamment des entreprises, qui sont très peu présents dans les flux RSS d’actualité internationale. Les rares occurrences d’entreprises sont le plus souvent liées à des accidents (pollution industrielle, accident d’avion etc.) : dans ce cas, les données récoltées ne permettent guère d’établir une hiérarchie des acteurs et la capture des flux liés à l’économie serait sans doute plus pertinente.

A. MacLeod, E. Dufault, F.G. Dufour et D. Morin, 2008, Relations internationales. Théories et concepts, Outremont, Athéna éditions.