Archives de catégorie : Communications, articles & résultats

Un réseau géomédiatique à partir du Corpus Géomédia

Peut-on obtenir une vue cohérente du monde géopolitique à partir des flux RSS récoltés dans le cadre de l’ANR Géomedia ? Un travail, que nous avons présenté à la conférence ECTQG 2015, montre que oui. Nous avons construit un réseau de co-citations géomédiatiques en utilisant un extrait des flux récoltés en 2014. Le principe est simple : nous établissons une liste d’entités géographiques (comme des pays) et, pour deux entités données, nous regardons combien de fois elles ont été citées ensemble dans la base RSS. La combinaison de ces éléments est un objet appelé graphe.

Ce type d’objet inclut beaucoup d’informations mais est généralement trop dense pour être analysé « à la main ». Une stratégie classique dans ce cadre est de rechercher des blocs d’entités très connectées entre elles et faiblement connectées avec le reste du réseau (on parle de « détection de communautés » dans les réseaux complexes). Le but est de simplifier le réseau en utilisant ces blocs. On peut également chercher à savoir si ces groupes ont du sens d’un point de vie thématique et/ou géographique.

 consensus_graph_component2

Nous avons utilisé différentes méthodes pour rechercher ces blocs et comparer les résultats. Bien que ces derniers varient, on trouve une cohérence d’un point de vue thématiques dans les blocs détectés. Pour rendre compte des résultats et offrir une image utile du réseau, nous avons filtré les liens entre entités géographiques n’étant pas à l’intérieur d’un bloc quelque soit l’algorithme utilisé (voir image ci-dessus).

Le Corpus Géomédia pourrait ainsi être utilisé pour étudier l’évolution de la représentation géopolitique du monde selon différents critères, par exemple en fonction de l’origine géographique des médias ou selon différentes époques. Vous trouverez les liens vers les jeux de données ci-dessous, n’hésitez pas à les utiliser !

Plus de détails : F. Queyroi, L. Beauguitte et H. Pecout « RSS Flows, World Structure & Community Detection », ECTQG 2015

Papier : queyroi2015_communities_geomedia

Dataset : ectqg2015_cocitations_dataset

Un échantillon de données collectées par le projet ANR Géomédia

L’ANR Corpus Géomédia a pour objectif de mettre à disposition l’ensemble de sa base de données en libre accès, à la fin du projet (juin 2016). Néanmoins, nous mettons dès aujourd’hui un échantillon de la base de données à disposition, afin d’amorcer un échange avec le monde scientifique sur les méthodes de traitement, d’enrichissement et de représentation visuelle des données de flux RSS médiatiques. L’échantillon proposé correspond à l’ensemble des items (articles) RSS collectés entre le 1er octobre 2014 et le 31 décembre 2014 pour 8 flux RSS.

 

3 langues sont utilisées dans cet échantillon : l’anglais (5 flux), l’espagnol (2 flux) et le français (1 flux). Les 8 flux sont originaires de 8 pays différents (Australie, Chili, Chine, France, Royaume-Uni, Inde, Mexique et États-Unis). Les flux proposés ont fait l’objet d’un traitement préalable permettant notamment de reconnaître avec une bonne approximation les pays concernés par les items.

Lien vers la page de téléchargement : cliquer ici.

N.B. Les données mises à disposition sont utilisables uniquement dans une perspective de recherche scientifique, à l’exclusion de toute utilisation commerciale. Les personnes intéressées par la mise à disposition d’un corpus plus important peuvent contacter les responsables du projet ANR Géomédia à l’adresse suivante. geomedia@gis-cist.fr

Appel à communications : Espaces géographiques, médias et représentations

Dossier proposé par Laurent Beauguitte (CNRS, UMR IDEES), Claude Grasland (Université Paris 7, CIST et UMR Géographie-cités) et Marta Severo (Université Lille 3, Équipe Geriico)

Les médias d’information (radio, télévision, presse écrite et web) contribuent à notre connaissance des espaces géographiques, proches et lointains. Ces producteurs d’information, eux mêmes situés, économiquement, géographiquement et politiquement, sont sans doute l’un des principaux vecteurs de représentations de la dynamique des espaces contemporains. Si le mythe d’une information complète et objective a depuis des décennies été réfuté par les études sur les médias, il n’en reste pas moins qu’en choisissant de mettre l’aspect sur tel espace, sur telle catégorie d’acteurs et/ou telle thématique, ils participent de fait à la création d’espaces publics de référence.

Ce numéro thématique de l’Espace géographique vise à interroger les espaces géographiques révélés par les contenus médiatiques. Il s’agira moins de pointer les écarts entre une supposée connaissance objective et les biais liés à leur représentation que de chercher en mettre en évidence comment un espace est construit par des discours situés.

Trois types d’articles sont susceptibles d’être retenus pour ce numéro thématique :

  • des articles proposant une réflexion théorique et conceptuelle sur les liens entre médias et représentations des territoires ;
  • des articles proposant des études empiriques sur la ou les représentations médiatiques d’un espace donné (du local au global) ;
  • des articles proposant des outils méthodologiques permettant la recherche d’information géographique dans les contenus médiatiques.

Si le dialogue inter-disciplinaire est bienvenu, il est cependant nécessaire que les articles proposés mettent les problématiques spatiales au cœur de leurs analyses.

Les propositions de communication, obéissant aux normes de la revue (http://www.mgm.fr/PUB/EG/EGinsaut.html), sont attendues pour le 15 juillet 2015. Après une pré-sélection par les coordinateurs du numéro, les articles seront évalués selon les procédures habituelles de la revue. Afin d’être certain de vos propositions rentrent dans le cadre attendu, vous pouvez contacter les coordinateurs* pour leur faire part de vos projets d’article.

*beauguitttelaurent<at>hotmail<dot>com ; claude<dot>grasland<at>parisgeo<dot>cnrs<dot>fr
marta<dot>severo<at>univ-lille3<dot>fr

Un premier essai de mesure de la médiatisation des villes européennes à l’aide des flux RSS internationaux

Par Claude Grasland et Marion Le Texier, dans le cadre du projet ESPON « Feasibility Study on Analytical Tools based on Big Data » coordonnée par Marta Severo.

L’obtention d’un contrat d’étude du programme ESPON sur l’utilité des « Big Data » pour l’analyse des régions et des villes européennes a été l’occasion de tester les problèmes que pose la reconnaissance des villes mentionnées dans les flux RSS collectés par l’ANR Geomédia.  Sans entrer dans le détail des résultats du projet (qui est actuellement en cours), on peut dire que l’expérience a confirmé certaine des difficultés rencontrées pour l’identification des pays (Cf. billet de L. Beauguitte et A. Brennetot) et la nécessité d’accompagner les procédures de reconnaissance automatique de tests de vérification manuelle. Voici à titre d’exemple la hiérarchie des villes obtenues en totalisant les villes reconnues dans 17 flux RSS, avec identification des erreurs révélées par la vérification manuelle.

Error_cities

Le cas de « Nancy » qui passe de 49 citations à 0 après vérification manuelle est évidemment l’illustration d’un problème de confusion entre noms de lieux et de personne ou d’objet que nous avions déjà rencontré pour les pays (« Hollande » désigne-t-il une région des Pays-Bas ou un président français).

Les cas de « Sevilla », « Venezia », « Palma » ou « Santa Cruz » soulève un problème différent, et sans doute plus spécifique aux villes qu’aux pays, qui est la présence de nombreuses villes portant le même nom dans différents pays du Monde. Dans l’exemple étudié, un meurtre horrible s’étant produit dans la ville de Sevilla au Venezuela a été responsable d’une forte inflation de citations, attribuées par erreur à la ville européenne.

On pourrait imaginer de lever certaines ambiguïtés sur les villes en les croisant avec les pays… mais il faut se souvenir que nous avions également songé à utiliser les villes et notamment les capitales pour identifier en retour les dépêches parlant d’un pays. Par exemple, une dépêche du type « Coup de froid entre Berlin et Washington après les révélations de l’affaire Snowden sur les écoutes du téléphone de la chancelière Merkel » concerne à l’évidence les relations entre l’Allemagne et les Etats-Unis, mais sans que ces deux pays ne soient mentionnés explicitement si ce n’est à travers des acteurs ou des villes.

Une procédure automatique de reconnaissance des pays, villes ou acteurs est indispensable pour traiter la masse de données engrangées par l’ANR Corpus Géomédia. Mais elles suppose une réflexion approfondie si l’on veut atteindre des taux d’erreur acceptable. Autrement, il faudra se limiter à vérifier manuellement les tags attribués aux dépêches, ce qui est long et de surcroît insatisfaisant car on élimine les faux positifs (dépêches taguée par erreur) mais pas les faux négatifs (dépêches non taguées). Le repérage de ces derniers n’est possible qu’en analysant toutes les dépêches une par une ce qui est cette fois-ci prohibitif en temps.

Les tremblements de terre comme outil d’étalonnage des flux RSS ?

Claude Grasland et Marion Le Texier (Université Paris Diderot) avec la collaboration de Maud Devès et Jean-Bernard De Chaballier (IPGP)

La médiatisation des tremblements de terre et des tsunamis a fait l’objet de très nombreuses publications et ceci de très longue date. Il s’agit en effet d’événements présentant des caractéristiques en apparence simple en terme de localisation dans le temps et dans l’espace, d’une part, de mesure d’importance en terme de magnitude physique (puissance) et d’impact sur les activités humaines (dégâts économiques, nombre de morts, etc).Comme il s’agit de surcroît d’événements se produisant régulièrement sur toute la surface du globe (même si leur localisation précise est évidemment concentrée sur les limites de plaques terrestres), on peut imaginer de les utiliser comme outil d’étalonnage de capteurs médiatiques localisés en différents lieux et tenter d’en déduire des caractéristiques de puissance (nombre de tremblements de terre capturés en fonction de leur magnitude) et de portée spatiale (distance à laquelle sont capturés les tremblements de terre).

La préparation d’un projet de recherche financé par la COMUE Sorbonne Paris Cités et intitulé « Politiques de la terre à l’épreuve de l’Anthropocène » (http://politiquesdelaterre.fr/) a été l’occasion de mener une expérience conjointe de mesure des séismes du point de vue des sciences sociales et des sciences de la Terre.  Nous avons tenté sur une période de temps limitée de comparer la liste des tremblements de terre mesurés par les géophysiciens (source : USGS) à la liste des tremblements de terre enregistrés par les trois grandes agences de presse (AFP, AP, Reuters) ,d’une part, et par une quinzaine de flux RSS collectés par l’ANR Geomedia d’autre part.

Comparaison de la carte des tremblements de terre de l’USGS et des Agences de Presse

Carte établie par M. Deves (IPGP), J.B. de Chaballier (IPGP), M. Le Texier (Université Paris Diderot) et C. Grasland (GIS-CIST)

Carte établie par M. Deves et  J.B. de Chaballier (IPGP), M. Le Texier et C. Grasland (GIS-CIST)

L’expérience confirme tout d’abord le lien attendu entre la magnitude géologiques des tremblements de terre et leur couverture médiatique par les agences de presse. Comme on peut le voir sur le carton en bas à droite de la figure, les agences signalent 100% des séismes de niveau 8, 81% des séismes de niveau 7, 74% des séismes de niveau 6, etc. Toutefois, l’analyse plus détaillé des résultats (nombre de dépêches) montre que certains séismes à faible densité sont fortement médiatisés, à l’instar de mini-tremblements de terre qui se sont produits dans l’Oklahoma autour de l’exploitation minière des gaz de schistes. On repère aussi des effets de médiatisation à longue distance, notamment avec le séisme du Chili (Iquique) qui est associé à des alertes au tsunamis relayées dans tous les pays du Pacifique. Au contraire, un séisme chinois d’intensité plus forte mais se produisant dans la zone déserte du Xinjiang sera beaucoup moins médiatisé. Au final, l’une des découvertes les plus intéressante de ce travail commun aura été de se rendre compte que la magnitude des séismes sur l’échelle de Richter est fondamentalement qualitative (destructions de maison, ressenti des habitants, …) et doit être distinguée des mesures proprement physique (intensité mécanique, profondeur, …). En ce sens, des mesures objectives de médiatisation des séismes révélant leur impact à moyenne ou longue distance du lieu d’impact sont des mesures du plus grand intérêt pour les sciences de la terre. Il faut donc revenir sur l’asymétrie classique entre des sciences de la terre mesurant objectivement des phénomènes physiques et des sciences humaines tentant d’en évaluer l’impact social.

L’intérêt de capteurs RSS à puissance et portée spatiale faibles

Ceci conduit à la seconde phase de l’expérience qui consistait à reconstituer le nombre de séismes identifiés par une quinzaine de capteurs RSS internationaux de l’ANR Geomedia. Là encore, une véritable discussion théorique s’est instaurée entre sciences sociales et sciences de la Terre sur la notion d’événement ou, plus précisément sur les questions d’enveloppe spatio-temporelle et d’agrégation. Les séismes ne sont en effet pas des points singuliers de l’espace-temps mais des clusters plus ou moins complexes où il est souvent difficile voire impossible de distinguer clairement une réplique d’un séisme de l’apparition d’un nouveau séisme. Problème que nous avons également rencontré dans les travaux sur l’agrégation d’événement médiatique où l’identification des pics peut se faire à différentes échelles d’agrégation temporelle et spatiale (Cf. thèse de Robin Lamarche-Perrin).

Si on arrive à résoudre  cette difficulté essentielle, il est alors possible de produire des cartes appariant des événements séismes et des événements médiatiques, comme le montre l’exemple très simple des séismes signalés par trois capteurs de flux RSS à l’aide d’au moins deux dépêches.

seismesRSS

La faiblesse des capteurs de flux RSS, par comparaison avec les agences de presse ,constitue ici un avantage précieux si l’on cherche à tracer une géographie des circulations médiatiques et un étalonnage de l’importance des événements internationaux. Par exemple, il apparaît clairement que chaque journal tend à couvrir davantage ce qui est proche que ce qui est éloigné, mais pas forcément selon une géométrie euclidienne (Cf. la couverture du journal Argentin qui semble plus basée sur l’appartenance continentale que la distance à vol d’oiseau). Le séisme du Chili est couvert par les trois  journaux alors que celui de Chine, pourtant de magnitude plus forte n’est signalé que par le flux RSS du journal indien. Mais le séisme de Grèce est en revanche couvert à la fois par le journal nord-américain et par le journal indien, etc…

Il faudrait bien évidemment disposer d’un échantillon beaucoup plus étendu dans le temps et l’espace pour tirer des conclusions intéressantes. Mais les séismes semblent une piste prometteuse aussi bien pour comprendre la médiatisation des catastrophes que pour analyser le fonctionnement des médias et étalonner les capteurs constitués par les flux RSS.

Un baromètre géomédiatique international : enjeux et perspectives.

par Claude Grasland, Université Paris Diderot, sur la base de premiers travaux du GIS-CIST réalisés en 2010-2011 avec Marta Severo, Timothée Giraud et Pierre Beckouche.

L’idée de créer un baromètre géomédiatique international remonte aux premières discussions entre géographes, spécialistes des médias et informaticiens qui eurent lieu en 2010-2011 dans le cadre de ce qui allait devenir l’axe « Médias et Territoire » du  GIS CIST (Collège international des Sciences du Territoire) .

Dans une perspective que l’on peut juger a posteriori naïve, nous avions cru possible de reconstituer une sorte de film des événements mondiaux qui serait fondée sur le repérage des pics de dépêches de presse parlant d’un pays et plus généralement sur les ruptures ou transition dans des séries temporelles. Les expériences menées à l’aide de la base FACTIVA consistèrent à relever le nombre de dépêches mensuelles consacrées aux différents pays du Monde en se fiant aux « tags pays » et en agrégeant de façon indifférenciée tous les journaux contenus dans la base. Le choix d’une granularité mensuelle était arbitraire (on aurait aussi bien pu travailler sur des périodes plus longues avec une granularité annuelle ou plus courtes avec une granularité hebdomadaire voire journalière).

Le résultat obtenu lors des premiers tests réalisés semblait assez convaincant lorsqu’il était appliqué à de petits pays comme l’Islande. Ces pays disposant d’un niveau de médiatisation faible, les événements exceptionnels y prennent d’autant plus de relief. On peut voir ci-dessous l’impact très clair des pics correspondant respectivement

  • au krach économique du 6 octobre 2008 et la crise financière qui s’ensuit
  • l’éruption du volcan Eyjafjöll du 20 Mars 2010 qui va bloquer pendant plusieurs semaines le trafic aérien sur l’Atlantique Nord
  • l’éruption du volcan Grimsvötn du 21 Mai 2011 dont on craint qu’elle ne bloque à nouveau le trafic aérien, ce qui ne se produira finalement pas.

iceland

Naturellement, les courbes de médiatisation des pays ne révèlent  pas toujours des pics aussi limpides que ceux de l’Islande et de nombreuses difficultés statistiques apparaissent lorsque l’on passe à des pays plus importants comme le Japon où seul un événement de la puissance de Fukushima est capable de produire une inflexion nette dans la masse des nouvelles consacrées régulièrement à ce pays.

Une cartographie des écarts significatifs de médiatisation entre un mois et les six précédents montrent bien le problème sur l’exemple de la période Décembre 2010- Juillet 2011 :


télécharger le document au format pdf

Ces expériences ont été stoppées en raison de doutes croissant sur l’intérêt de l’emploi d’une base de données payante où sont agrégés des milliers de journaux et où la reconnaissance des pays est le résultat d’un système de métadonnées très opaque et manifestement hétérogène. Nous avons alors exploré la piste des flux RSS internationaux comme source alternative de création d’un baromètre géomédiatique international, ce qui devait aboutir au dépôt de l’ANR Corpus Géomédia.

L’utilisation des flux RSS d’une centaine de journaux échantillonnés convenablement devrait permettre de reprendre ce projet de baromètre géomédiatique international dans une perspective radicalement différente. Il ne s’agirait plus en effet d’agréger a priori les sources d’information mais au contraire de tirer parti de la pluralité des capteurs enregistrant les événements. Une éruption volcanique islandaise se produisant en 2015 pourrait être décrite par une centaine de séries temporelles correspondant à chacun des flux RSS. La question serait alors de savoir si cette éruption constitue un pic pour l’ensemble de ceux-ci ou pour une partie seulement d’entre eux. La magnitude de l’événement serait en quelque sorte évaluée par la quantité de capteurs ayant enregistré un signal non ambigu. Et plus généralement, une régionalisation géographique ou une sociologie médiatique de l’impact de l’événement pourrait être envisagé  si les flux RSS ayant signé l’événement se regroupent sur le plan spatial ou sur d’autres caractéristiques de ligne éditoriale.

Projet intéressant mais difficile car il suppose de lever au préalable toute une série de difficultés, dont la moindre n’est pas l’identification des pays dans les titres ou résumés des flux RSS. Et il est clair que les méthodes statistiques rudimentaires qui avaient été mises en œuvre  dans les premières phases de test doivent être complètement remises à plat.

Do International News Reflect World Structure? A Network Approach

Paper from Laurent Beauguitte (GIS CIST), Marta Severo (Geriico, Université Lille 3) and Hugues Pecout (GIS CIST) at the 1st European Conference on Social Networks, Barcelona, July 2014

The presentation made in Barcelona had one main objective: to compare different types of newspapers from different countries and to launch network analysis on states co-occurrences in order to see if it could provide valuable information regarding world structure. At the beginning, we had in mind the following theoretical model (Figure below): raw number of state occurrence would give a proxy of hierarchy among nations; state co-occurrences would allow to distinguish two main types of relations: cooperation and conflict.

model

As our approach was exploratory, we began with a small sample: two French and two Australian newspapers and, in each country, a reference newspaper (Le Figaro in France and The Australian… in Australia) and a more popular one (Le Parisien in France and The Daily Telegraph in Australia). It must be noted that The Daily Telegraph is a tabloid while Le Parisien is a popular newspaper and they are not strictly comparable. We collected for these four newspapers RSS flows about international news from January 1st 2014 until February 28th 2014.

We had in total the following number of items per newspaper: The Australian, 1160; The Daily Telegraph, 1103; Le Figaro, 608 and Le Parisien 643 items. A R program tagged all items automatically and was able to gather state occurrence and co-occurrence present in each item. Consider for instance the following item (which was not in our corpus): Abe’s war shrine visit stokes tensions ; JAPANESE PM Shinzo Abe has visited a controversial war shrine in a move that has further inflamed already tense relations with China and South Korea. 26/12/13 08:37. Our tag dictionary recognizes the following terms and add a column with the corresponding state: Abe, JAPANESE, China and South Korea. The item would then give three co-occurrences (or, in network analysis vocabulary, 3 links): Japan-China, Japan-South Korea and China-South Korea.

A first result concerns the great polarisation on a few number of states: depending on newspapers, from 5 to 7 states count for 50% of all states occurrences. The following table gives the top 5 per journal and the percentage of all state occurrence in the newspaper during the whole period. If polarization is greater in Australia for the first rank, the dominant national character of international news in France must be underlined: France is the most quoted state and if Central African Republic is on the third position for both Le Figaro and Le Parisien, it can clearly be explained by the fact that French army intervened in the country at that period…

The Australian The Daily Telegraph Le Figaro Le Parisien
USA     19 USA        24 France 13 France 17.4
Syria    7.5 UK          9.7 USA 11.47 USA 11.48
UK       6.61 Australia 6.2 Centrafrique 6.43 Centrafrique 7.16
France  5.06 Russia     4 Ukraine 6.43 Ukraine 6.62
Russia  4.77 China      3.75 UK 5.03 Russia 6.48

If the number of occurrences is able to reveal main powers and hot spots regarding international news, co-occurrences are much harder to interpret. In this example above, the links Japan-China and Japan-South Korea were conflictual but what about the China-South Korea link? And the vast majority of items is much harder to interpret and to code: when a tourist from a country A gets trouble in a country B, can it seriously be considered as a conflict between two states?… We made several tests on different corpus and in each case, the majority of co-occurrences were coded « others » and many differences of interpretation between coders appeared. So we had to give up our theoretical model: if the world system involves the co-presence of cooperative and conflictual relations between actors, RSS items do not allow to perceive them.

Nevertheless, a promising and unexpected result appears. We get for our four newspapers the list of states quoted and the number of quotations. If we launch a rank Spearman correlation on these numbers, we get the following table:

The Daily Tel. Le Figaro Le Parisien
The Australian 0.90 0.69 0.59
The Daily Tel. 0.61 0.57
Le Figaro 0.92

What does it mean? That even if the nature of information is quite different in Le Parisien and in Le Figaro, and really different in The Australian compared to The Daily Telegraph, in each case, the information deals with the same states, even when the national bias is removed (Australia and France were deleted from tables during the analysis). The result is of course temporary as we need to test it on a bigger sample to validate it.

Presentation made in Barcelona

Acteurs internationaux et flux RSS, aspects méthodologiques

Billet écrit en collaboration avec Arnaud Brennetot (UMR IDEES) et Hugues Pecout (CIST)

L’objectif de l’ANR Corpus Gémodédia est la constitution d’une base de données de flux RSS relatifs à l’actualité internationale d’une centaine de journaux dans le monde. L’une des exploitation possible de ce corpus concerne l’identification des acteurs internationaux présents dans ces flux, question de recherche susceptible d’intéresser tant des géographes que des politistes, des sociologues ou des spécialistes de Relations internationales. Le présent billet, après avoir brièvement défini la notion d’acteur international, détaille la méthodologie développée au sein du projet pour identifier les acteurs présents.

De multiples définitions de l’acteur international existent. Celle retenue ici est la suivante : « […] un acteur international peut être défini comme un individu, un groupe, une classe, une institution, un État ou une organisation, dont on peut affirmer qu’il exerce une action intentionnelle au sein du système international » (MacLeod et al., 2008, p. 13 – les termes en gras renvoient à des entrées dans l’ouvrage). La nécessité d’une action intentionnelle permet d’éliminer de la liste des acteurs tous les phénomènes physiques susceptibles d’impacter les sociétés : un tsunami, un cyclone, un tremblement de terre, même s’ils provoquent des dommages colossaux et font les gros titres dans le monde entier ne peuvent être considérés comme des acteurs. 

Cette définition ne permet pas de considérer les stars de la culture ou du sport comme des acteurs internationaux, quand bien même leurs noms seraient régulièrement présents dans l’actualité internationale. Ou alors, ils doivent être liés à des organisations considérées elles comme acteur international : Angelina Jolie sera ainsi considérée comme acteur dans le cadre de ses actions humanitaires mais non lors de la sortie à venir du blockbuster Cléopâtre.

Créer une typologie des acteurs internationaux est délicat : les catégories doivent être exclusives (tout acteur doit pouvoir être rattaché à une et une seule catégorie), aussi homogènes que possible mais permettre des analyses ensuite. Après plusieurs phases de tests, une double typologie des acteurs a été créée : la première concerne le domaine thématique (Politique, Économique, Social), la seconde le niveau institutionnel (Gouvernemental, Intergouvernemental, Société civile, Entreprise).

La catégorie Politique est très englobante dans la mesure où elle regroupe les acteurs gouvernementaux, les OIG et ONG, les mouvements terroristes et de contestation. La catégorie Économique regroupe les firmes, banques et entreprises, les cartels et mafias et les institutions liées au monde économique (FMI, Banque mondiale, Forum de Davos etc.). La catégorie Social groupe les autres acteurs (grands témoins, prix Nobel etc.).

La catégorie Gouvernemental regroupe toutes les institutions nationales (chef d’État, ministre, armée, police, ambassadeur etc.), la catégorie Intergouvernemental regroupe les OIG, la catégorie Société civile est plus hétérogène car elle regroupe toutes les formes d’organisation sociales, temporaires ou durables, autonomes de l’État, acteurs économiques exceptés. Elle regroupe donc des ONG, des mouvements de protestation, légaux ou non (groupes terroristes), etc. Enfin, la catégorie Entreprise groupe les firmes, banques et entreprises.

Constituer un corpus volumineux suppose de mettre en œuvre pour l’analyse des méthodes automatiques de reconnaissance des acteurs et donc la constitution de dictionnaires permettant de taguer les items des différents flux RSS (pour mémoire, un flux RSS est constitué de différents items, chacun étant relatif dans notre cas à la publication d’un article sur le site du journal étudié). Et là, les difficultés commencent… Une première piste consista à créer des dictionnaires de noms propres – chefs d’État et premiers ministres (ou équivalent), principales entreprises mondiales (liste basée sur les palmarès des x principales entreprises paraissant régulièrement dans la presse économique), listes de principales organisations internationales et des principales ONG (listes élaborées grâce à nos connaissances personnelles et complétées via Wikipedia notamment). Or, cette piste est chronophage et les résultats obtenus sont peu satisfaisants, notamment pour les acteurs politiques nationaux. Les chefs d’État et ministres changent souvent et maintenir à jour une telle liste suppose un travail de veille très contraignant. De plus, il n’est pas rare que d’autres responsables soient nommés – ministre des affaires étrangères, de l’économie, ambassadeur etc. – dans les items des flux RSS. La solution choisie a donc été :

  • de travailler sur les statuts : il est rare qu’un nom propre de responsable politique ne soit pas précédé de son titre complet ou abrégé (en anglais, utilisation fréquente des Min. ou des PM pour ministre et premier ministre) ;
  • de compléter cette liste par les quelques grands noms pour lesquels le titre n’est que rarement mentionné (Obama, Poutine etc.). Reste que cette liste est variable selon les pays et qu’un ministre chilien très populaire sera cité dans la presse du pays par son seul nom et échappera donc à nos analyses.

Le dictionnaire mis au point – et amélioré au fur et à mesure des tests sur les différents flux – est pour l’instant trilingue (anglais, espagnol et français). Il aurait été préférable, lorsque l’on tague les items de façon automatique, de commencer par passer les textes en minuscules pour éviter d’avoir à saisir les formes Ministre, ministre et MINISTRE par exemple. Malheureusement, la création de faux positifs est très élevée, notamment avec l’ONU (UN en anglais) et l’OMS (WHO en anglais). Toutes les variantes possibles ont donc été inclues dans le dictionnaire – les variantes incluant les tirets (présents ou absents selon les cas) pour les noms composés et la présence ou non de points pour les abréviations (UN et U.N. par exemple).

Les premiers tests sont concluants : les principaux acteurs politiques sont identifiés dans plus de 90% des cas, les OIG et ONG sont identifiés dans 95% des cas. Les mouvements terroristes et séparatistes sont également saisis dans l’immense majorité des cas. L’utilité du dictionnaire de tags suppose qu’il soit régulièrement actualisé : qu’il s’agisse des ONG ou des mouvements terroristes, de nouveaux acteurs apparaissent régulièrement dans l’actualité. La limite la plus évidente concerne l’identification des acteurs économiques, et notamment des entreprises, qui sont très peu présents dans les flux RSS d’actualité internationale. Les rares occurrences d’entreprises sont le plus souvent liées à des accidents (pollution industrielle, accident d’avion etc.) : dans ce cas, les données récoltées ne permettent guère d’établir une hiérarchie des acteurs et la capture des flux liés à l’économie serait sans doute plus pertinente.

A. MacLeod, E. Dufault, F.G. Dufour et D. Morin, 2008, Relations internationales. Théories et concepts, Outremont, Athéna éditions.

Le nouvel ordre mondial de l’information : un vieux débat toujours d’actualité ?

Comme le précédent, ce billet est une tentative de synthèse perfectible, n’hésitez pas à laisser des commentaires ou à m’envoyer vos remarques (beauguittelaurent<at>hotmail<dot>com)

L’actualité internationale produite par un média donné n’est pas, ne peut pas être le reflet des faits se déroulant quotidiennement dans le monde : l’accès au terrain est plus ou moins facile, de nombreux critères de sélection jouent et il est logique que des distorsions apparaissent (voir mon précédent billet sur ce blog). L’inégal traitement médiatique des régions du monde a pourtant donné lieu dans les années 70 à des débats internationaux d’une grande intensité. Enjeu politique et médiatique, le débat lancé par l’Unesco sur le nouvel ordre mondial de l’information posait des questions de fond dont l’actualité reste forte. Ce billet rappelle les termes du débat puis tente de synthétiser les études ayant cherché à valider ou à infirmer les principales conclusions de ce débat.

1. Le nouvel ordre mondial de l’information : un constat scientifique, une revendication politique

Plusieurs auteurs montrent dès les années 60 qu’une forte inégalité médiatique existe entre les États à l’échelle mondiale, et ce à deux niveaux : les informations sont produites essentiellement par les agences situées dans des États développés ; le Tiers Monde est peu traité par les médias du Nord et ces derniers en donnent une image négative. Östgaard (1965) constate ainsi que les flux médiatiques sont orientés des États centraux vers les États périphériques pour des raisons de coût : transmettre une information d’une région reculée vers une région centrale est plus coûteux que la démarche inverse. Markham (1961) comparant le traitement de l’actualité internationale par des journaux nord et sud-américains met en évidence l’inégalité en terme de volume – les États-Unis sont très présents dans les journaux sud-américains, les États sud-américains sont très peu présents dans les journaux nord-américains – et la dépendance des journaux sud-américains vis-à-vis de trois agences de presse occidentales (United Press International, Associated Press et AFP). Cette domination concerne d’ailleurs les productions culturelles dans leur ensemble (Tunstall, 1977). Dans un contexte scientifique où l’école de la domination* a une influence notable, l’importance des enjeux culturels et médiatiques est régulièrement souligné : Schiller écrit ainsi en 1978 : « It has become painfully obvious that the ability to identify and to present the national version of events is one of the basic criteria of national sovereignty – along with control of the currency, disposition of the armed forces, and the determination of foreign policy ». La production de l’information devient ainsi un marqueur de la puissance des États et donc un facteur de domination.

Ce constat d’une double inégalité devient un enjeu politique pour le Mouvement des non-alignés (Schiller, 1978). À la conférence d’Alger en septembre 1973, les non-alignés adoptent une première résolution dénonçant l’impérialisme culturel. L’un des objectifs est la création d’une agence de presse non-alignée : la création de cette dernière est décidée à Lima en 1975 et elle est inaugurée au début 1976 – il s’agit de l’agence yougoslave Tanjung.

La revendication est portée devant l’Unesco qui défendait alors la libre-circulation de l’information. La mise en place de la Commission internationale d’étude des problèmes de la communication en 1977, présidée par le prix Nobel de la paix Seán MacBride (ancien leader de l’IRA et fondateur d’Amnesty International), aboutit à la parution en 1980 du rapport Voix multiples, un seul monde (Unesco, 1980). L’objectif est ambitieux (« étudier la totalité des problèmes de communication dans les sociétés modernes », p. xvi), le constat reprend les arguments des non-alignés (« la dépendance dans l’ordre intellectuel et culturel a un effet aussi négatif que dans l’ordre économique. […] Une nation dont les médias sont dominés par l’étranger ne peut prétendre être une nation », p. 42) et les conséquences de cette domination sont clairement rappelés (« certains États puissants et techniquement avancés utilisent leur avance pour exercer un effet de domination culturelle et idéoologique qui porte atteinte à l’identité nationale d’autres pays. […] du fait que le contenu de l’information est élaboré surtout par les grands pays industrialisés, l’image des pays en développement que reflètent les médias est souvent fausse et déformée. », p. 46). Les recommandations données en fin de rapport restent elles d’une grande timidité. Ce rapport sera pourtant l’un des prétextes utilisés par les États-Unis et le Royaume-Uni pour quitter l’Unesco, plongeant l’institution dans une décennie de difficultés financières (Samarajiwa, 1987). L’argument le plus utilisé concerne les risques pour la démocratie d’une information visant à renforcer la souveraineté nationale : que devient alors l’information dans une dictature ? et, plus généralement, que devient la liberté d’informer si l’information devient un instrument au service d’une construction nationale ?

nwioFG5993

Si ce rapport a eu peu d’effets concrets, une riche littérature a cherché à valider les arguments utilisés lors du débat.

2. Actualités du Sud et actualités du Nord : des biais symétriques ?

Trois griefs sont à l’origine du débat sur le nouvel ordre mondial de l’information :

  • les agences de presse sont toutes au Nord – ce grief reste d’actualité malgré des tentatives répétées de produire une information autre (Marthoz, 2012) ;
  • les médias du Nord accordent peu de place au Tiers-Monde ;
  • les médias du Nord présentent une vision négative du Tiers-Monde.

La piste comparative entre actualités internationales au sud et au nord a été la plus explorée. Skurnik (1981) compare l’actualité internationale proposée par le New York Times, Fraternité Matin (Côte d’Ivoire) et le Daily Nation (Kenya) et ses conclusions sont nuancées : les médias africains parlent d’abord des pays africains et peu des pays développés ; le New York Times, contrairement au Daily Nation, insiste davantage sur les aspects positifs de l’actualité africaine que sur les aspects négatifs. Ce dernier point est rarement mis en évidence et la plupart des études montrent que la part des actualités négatives est proportionnellement plus importance pour les pays du sud (Peterson, 1980 ; Meyer, 1996). On peut également citer l’étude de Chaudhary (2001) portant sur quatre journaux de référence (États-Unis, Inde, Royaume-Uni et Nigeria) : si la couverture du Sud par le Nord est majoritairement négative, celle du Nord par le Sud l’est également et, dans les deux cas, les journaux évoquent en très grande majorité les États qui leur ressemblent (les journaux du Sud parlent avant tout du Sud, les journaux du nord parlent avant tout du Nord).

D’autres chercheurs se sont intéressés aux seuls médias du sud pour voir s’ils présentaient les mêmes biais que ceux du Nord : donnent-ils une image négative des pays du Sud ? accordent-ils une grande importance aux États développés ? Emenyeonu en 1995, étudiant les quatre principaux journaux nigérians, montre par exemple que l’image de l’Afrique est le plus souvent négative.

Conclusion provisoire

Logo du NAM News Network

http://www.namnewsnetwork.org/v3/index.php

Les tentatives de dés-occidentaliser la production de l’information existe aujourd’hui encore – on peut par exemple citer la création du Non Alignment News Network en 2005 – mais la part des trois grandes agences de presse (AFP, AP et Reuters) dans la production de l’information internationale reste hégémonique. Le recours aux agences non occidentales reste une exception, même si certains journaux du corpus Géomédia semblent se distinguer, c’est par exemple le cas du quotidien – très contrôlé par l’État – The Herald (of Zimbabwe) qui fait notamment appel aux agences de presse chinoise (Xinhua) et qatarie (Al Jazeera). Quant au constat souvent fait d’une majorité de faits négatifs, cela concerne-t-il la seule actualité internationale ? Suivant un vieux adage du journalisme anglophone, « Good news is no news » et il est fort probable que les mauvaises nouvelles dominent l’actualité en général.

.

* Pour ce courant de pensée, le sous-développement n’est pas un retard dans un processus linéaire (théorie des stades de Rostow) mais une conséquence des échanges inégaux (matières premières contre produits manufacturés) entre États.

Références

A. G. Chaudhary, A Comparative Content Analytical Study of Negative News in Western and Third World Newspapers, Asian Journal of Communication, 11(1), p.25-50, 2001.
N. B. Emenyeonu, Africa’s Image in the Local Press: An Analysis of African News in Some Nigerian Newspapers, Africa Media Review, 9(2), p. 82-104, 1995.
J. W. Markham, Foreign News in the United States and South American Press, The Public Opinion Quarterly, 25(2), p. 249-262, 1961.
J.-P. Marthoz, Journalisme international, De Boeck, Bruxelles, 2e édition, 2012.
A. Mattelart, Passé et présent de la  société de l’information  : entre le nouvel ordre mondial de l’information et de la communication et le sommet mondial sur la société de l’information, Revista de Economía Política de las Tecnologías de la Información y Comunicación, VIII(6), 2005.
C. Meyer, Foreign images: A content analysis of international coverage in American television network news, Mémoire de D.E.A., The University of Arizona, 1996.
K. Nordenstreng, MacBride Report as Culmination of NWICO, Colloque Communication et changement social en Afrique, Grenoble, 2010.
E. Östgaard, Factors Inuencing the Flow of News, Journal of Peace Research, 2(1), p. 39-63, 1965.
S. Peterson, A case study of third world news coverage by the western news agencies and The Times (London), Studies in Comparative International Development, 15(2), p. 62-98, 1980.
R. Samarajiwa, Le nouvel ordre de l’information. Rétrospective et prospective, Tiers-Monde, 28(111), p. 677-686, 1987.
H. I. Schiller, Decolonization of Information: Efforts toward a New International Order, Latin American Perspectives, 5(1), p. 35-48, 1978.
J. H. Sigler, News Flow in the North African International Subsystem, International Studies Quarterly, 13(4), p.381-397, 1969.
W.A.E. Skurnik, A New Look at Foreign News Coverage: External Dependence or National Interests ? African Studies Review, 24(1), p.99-112, 1981.
E. N. Tobechukwu, Global News Flow controversy: Is the South Also Guilty ? International Journal of Communication, 7, p. 13-42, 2007.
J. Tunstall, The media are American. Anglo American media in the world, Columbia University Press, New York, 1977.
Unesco, Voix multiples, un seul monde, Rapport de la Commission internationale d’étude des problèmes de la communication, Paris, 1980.

Les déterminants de l’actualité internationale – synthèse bibliographique

Si cette synthèse s’appuie sur une bibliographie abondante, elle ne saurait évidemment prétendre à l’exhaustivité. N’hésitez pas à faire des commentaires ou à m’envoyer vos remarques (beauguittelaurent<at>hotmail<dot>com) afin que je puisse l’améliorer. Ceci est une version provisoire destinée à être enrichie.

Avec l’actualité politique, l’actualité internationale est généralement considérée comme l’un des secteurs nobles (Lévêque et Ruellan, 2010, p. 46-48) de la presse écrite dite de référence – la pertinence de cette catégorie ne sera pas discutée ici. De très nombreux travaux ont cherché depuis plusieurs décennies à mettre en évidence les facteurs permettant d’expliquer la transformation d’un fait se déroulant en un pays A en actualité dans le journal d’un pays B*. Les journaux ne pouvant tout traiter, une sélection s’impose – que ce soit dans le domaine de l’actualité internationale ou dans tous les autres domaines traités par le journal – et il est légitime de chercher à savoir comment cette sélection s’opère.

Une première partie revient sur le constat ancien de l’inégal traitement des faits en fonction du pays où ils se déroulent. La seconde partie s’intéresse aux déterminants proposés par différents chercheurs ainsi qu’aux contraintes journalistiques permettant d’expliquer l’inégale couverture médiatique des pays du globe. Enfin, une troisième et dernière partie, basée sur une littérature souvent plus critique à l’égard des médias, s’interroge sur le caractère éventuellement ethnocentré et politiquement orienté de l’actualité internationale. Si l’étude de la presse écrite domine, des travaux s’intéressant à d’autres médias (télévision, internet) sont également cités dans le texte.

1. Un constat ancien

Depuis les années 60, les études se sont succédées pour mettre en évidence l’inégalité des États dans l’actualité internationale : un même type de fait sera transformé ou non en actualité dans un État donné en fonction de l’endroit du globe où il se produit. Cette inégalité de traitement médiatique  n’est pas aléatoire et les pays les moins développés tendent à être  ignorés par les médias des pays développés. Si l’explication par la maxime du mort kilomètre (plus la distance entre le lectorat visé et le fait est grande, plus le nombre de victimes doit être important pour qu’un fait devienne actualité) est une première approximation, de nombreuses études empiriques ont prouvé ce biais dans le traitement de l’information.

1.1 Le mort kilomètre et ses variantes académiques

Östgaard (1965), citant une étude  de James W. Markham (1961), indique par exemple que « during a 30-day period in 1959, 37.7 per cent of foreign news from six different regions in the world published in seven South American newspapers came from the United States (column inches tabulated). But seven U.S. papers devoted only 4.3 per cent of its news from six different regions to reports from South America ».

Dans les années 80, Lichbach (1984) s’intéresse à l’écart entre le poids démographique des États et leur place dans le New York Times et six agences de presse. La conclusion est simple : « 50% of African coutries, 30% of East Asia/Pacific and Latin American countries, and 15% of Western European and Middle East/South Asian countries are not covered. » Hackett (1989), étudiant les médias canadiens, trouve que trois États (États-Unis, Royaume-Uni et France) représentent près de 50% des États évoqués dans l’actualité internationale. Et, quand les États du Tiers monde sont cités, il s’agit soit de violences politiques (50% des occurrences), soit de catastrophes naturelles.

Ce constat, toujours largement valide aujourd’hui, fut dans les années 60 et 70 à l’origine du débat de l’Unesco sur le Nouvel ordre mondial de l’information.

1.2 Le débat de l’UNESCO sur le Nouvel ordre mondial de l’information

Dans les années 60, chercheur-e-s issu-e-s du monde développé et leaders politiques issus du tiers monde, et notamment du Mouvement des non-alignés, s’accordent sur un constat simple : tout comme les flux économiques, les flux médiatiques Nord-Sud traduisent une inégalité forte. Deux griefs sont faits : les agences de presse dominantes – et donc l’information produite – sont toutes situées au Nord ; la vision des pays du Sud est simultanément faible en volume et négative au niveau du contenu.

Retracer la généalogie de ce débat et son issue décevante n’est pas l’objectif de cette partie qui vise simplement à rappeler quelques faits saillants (un billet dédié à ce sujet sera publié ultérieurement sur ce blog). Les réflexions lancées par les non-alignés amènent l’Unesco, auparavant sensible au credo de la libre circulation de l’information, à lancer une réflexion sur l’inégalité des flux d’information et ses conséquences, notamment pour les pays du sud (Emenyeonu, 1995). La volonté de produire une information originaire du Tiers monde se manifeste par la création de  l’agence de presse yougoslave Tanjug en 1975 et inaugurée officiellement au sommet des non-alignés de Colombo en 1976. L’issue de ces débats sera la publication du rapport MacBride (Unesco, 1980), Voix multiples, un seul monde (rapport disponible en ligne à l’adresse http://unesdoc.unesco.org/images/0004/000400/040066fb.pdf). Si le constat dressé par le rapport est peu contestable, les solutions proposées sont d’une grande timidité. Elles seront pourtant utilisées comme prétexte par les États-Unis et le Royaume-Uni pour quitter l’UNESCO, plongeant l’institution dans une profonde crise financière.

La domination occidentale sur la production de l’information reste d’actualité (Marthoz, 2012, p. 19 ; Mansell et Nordenstreng, 2006) et l’image des pays du sud, et notamment de l’Afrique, reste dans les médias occidentaux empreinte d’une évidente noirceur. Certaines études relativisent ce dernier constat. Ainsi, Emenyeonu (1995), étudiant l’image de l’Afrique dans trois quotidiens nigérians, montre que les visions négatives dominent très largement. Skurnik (1981), comparant la couverture de l’actualité internationale faite par le New York Times, Fraternité Matin (Côte d’Ivoire) et le Daily Nation (Kenya), montre que les journaux africains consacrent les deux tiers de l’actualité internationale aux pays du Tiers monde et que la proportion de nouvelles négatives n’est pas supérieure dans le New York Times. Chaudhary (2001) étudiant un corpus différent (4 journaux de référence dont un américain, un anglais, un indien et un nigérian) trouve des résultats similaires : si le regard porté par les médias du Nord sur le Sud est majoritairement négatif, l’inverse l’est aussi et les journaux indiens et nigérians parlent essentiellement des pays du Sud.

2. Valeurs d’actualité et contraintes journalistiques

Contrairement à une croyance naïve, les faits d’actualité ne s’imposent pas d’eux-mêmes mais sont l’objet d’une sélection, basée sur un certain nombre de critères, implicites ou explicites, que de nombreux travaux ont cherché à mettre en évidence. De nombreuses typologies sont possibles, celle proposée ici distingue les déterminants liés au fait lui-même des déterminants liés à la production de l’information.

2.1 Valeurs d’actualités

L’un des travaux les plus durablement influents sur ce sujet très souvent traité est celui de Galtung et Ruge (1965) : étudiant la couverture par quatre journaux norvégiens des crises au Congo, à Cuba et à Chypre, ils émettent une série d’hypothèses expliquant la transformation des faits en actualité. Les valeurs d’actualités testées sont notamment l’importance de l’État (on parlera surtout des nations les plus riches), la distance culturelle, la présence d’individus, favorables à l’identification, et le statut des personnes impliquées (on parlera plus volontiers des stars que des gens ordinaires et, pour ces dernières, une actualité négative est nécessaire). Pour citer les auteurs : « The more the event concerns elite nations, the more probable that it will become a news item. […] The more the event concerns elite people, the more probable that it will become a news item. […] The more the event can be seen in personal terms, as due to the action of specific individuals, the more probable that it will become a news item. »

Sigler, testant en 1969 ces critères sur la presse du Maghreb, reformule ces facteurs de la façon suivante : » Foreign news tends to flow from high-ranking countries to low-ranking countries, from the dominant international system to subordinate systems, and from high-ranking countries to low-ranking countries within the same sub- ordinate system.  H 2. The lower the rank of a country, the more negative will the news about that country tend to be.  H 3. The more distant the country geographically and culturally, the more negative will news about that country tend to be. » S’il valide ces trois hypothèses, il met également en évidence l’importance du lien colonial comme facteur favorisant la couverture internationale.

Les critères proposés par Galtung et Ruge ont été critiqués, discutés, enrichis (voir notamment Wu, 2000), mais leur pertinence reste d’actualité. Étudiant la couverture des manifestations dans trois pays d’Amérique latine par la presse anglophone, Herkenrath et Knoll (2011) concluent ainsi : « Possible country differences in international protest coverage can ultimately be explained by the (spatial, cultural, political and economic) ‘proximity’ of the venue of the event to the place where the medium is published and the worldwide political and economic importance of the nation in which the event occurs (‘elite nation’). »

Si la majorité des études s’intéressent aux journaux occidentaux, plusieurs chercheurs se sont intéressés aux facteurs expliquant le traitement de l’actualité internationale dans les pays du Sud et les critères trouvés sont généralement similaires. Ainsi, Abu-Lughod (1962) en étudiant la couverture internationale dans la presse arabe identifie trois grands facteurs explicatifs : la puissance de l’État, l’impact possible sur l’État arabe et enfin la distance géographique. Enfin, plusieurs auteurs ont montré que ces critères s’appliquaient également à la couverture de l’actualité nationale (Brooker-Gross, 1983 ; Harcup et O’Neill, 2001), même si des critères supplémentaires – et notamment la possibilité d’illustrer l’actualité – se sont ajoutés.

2.2 Contraintes organisationnelles

Si ces valeurs d’actualité pèsent sur l’actualité internationale, il est nécessaire de souligner de contraintes organisationnelles propres au travail journalistique. Tout d’abord, et il est nécessaire de rappeler cette banalité, l’actualité en général est un produit destiné à être vendu et donc à satisfaire une clientèle donnée – ceci est vrai pour les agences de presse comme pour les journaux de presse écrite. Cette vision commerciale est affichée y compris dans les guides de l’AFP où l’on peut notamment lire : « Les journalistes texte doivent savoir que leur dépêche se vendra beaucoup mieux si elle est accompagnée d’une photo ou d’un graphique » (AFP, 2010, p. 92). Ce constat n’est pas récent, Östgaard soulignait en 1965 que « the work of the agencies primarily is motivated by the wish to ‘sell’ the news services to the clients, and that major efforts are therefore made to ‘satisfy’ these clients ». Pour qu’un fait se produisant à l’étranger devienne une actualité internationale dans un média, il faut donc que le public visé par ce média soit sensible à cet aspect de la réalité.

Dans la très grande majorité des cas, la source de l’actualité internationale est constituée par les dépêches d’agences de presse – dans l’article déjà cité de Galtung et Ruge, 95% des items provenaient d’agences de presse. La couverture plus ou moins complète du globe par les agences déterminera donc en grande partie la couverture médiatique faite a posteriori dans les médias abonnés à ces agences. L’AFP par exemple indique avoir plus de 2200 collaborateurs dans 150 pays (http://www.afp.com/fr/agence/afp-monde/, consulté le 27 février 2014). Il y a donc 43 États membres de l’ONU où l’AFP ne dispose d’aucun collaborateur. L’Associated Press est elle présente dans 110 États seulement (http://www.ap.org/Company/annual-meeting/2013/annual-report/index.html#/AP-By-The-Numbers, consulté le 27 février 2014).

Autre contrainte organisationnelle : la concurrence. Une information considérée comme importance pour un journal de référence sera reprise par les autres journaux ; le mimétisme médiatique – ou la « circulation circulaire de l’information » pour reprendre une expression de Bourdieu – a été démontré à des multiples reprises et internet semble, d’après plusieurs études récentes, aggravé cette situation (sur cet aspect qui sera traité dans un billet à venir, voir notamment Marty et al. 2010 et 2012 pour le cas français ; Boczkowski et de Santos, 2007, pour le cas argentin ; Dagiral et Parasie, 2012, pour l’Allemagne et Cottle et Ashton, 1999, pour la Grande Bretagne).

Enfin, plusieurs auteurs ont montré que les faits les plus couverts médiatiquement – au niveau national comme au niveau international – sont les faits prévisibles (compétitions sportives, rencontres au sommet, etc.) et les faits pour lesquels les journalistes disposent d’une documentation clé en main fournis par les promoteurs de l’événement (Hartcup et O’Neill, 2001), l’enjeu, notamment pour la presse quotidienne, étant de limiter au maximum la part d’imprévisible (Tuchman, 1973).

3. Une actualité internationale ethno-centrée et politiquement orientée ?

3.1 Une actualité internationale auto-centrée ?

L’actualité internationale est censée couvrir ce qui se passe… à l’étranger. Or, bien souvent, cette actualité implique le pays où le fait est transformé en nouvelle. Comme l’indique A. Mercier, « un fait étranger devient aussi un événement international quand il fait écho aux préoccupations nationales. » (Mercier, 2006). Étudiant la couverture du conflit yougoslave, Charaudeau et al. (1996) montrent ainsi que plus l’armée française intervient, plus les médias parlent du conflit, le pic d’attention médiatique correspondant à la visite de F. Mitterrand à Sarajevo. Robinet (2013), s’intéressant à la couverture médiatique des conflits africains entre 1994 et 2008 (presse écrite, télévisions et agence de presse), parvient à des conclusions similaires : lorsqu’un pic d’attention apparaît, cela correspond dans « plus de 60% [des cas à] une implication de la France ou de Français dans le déroulement des faits […] . De plus, plus de 60% de ces moments d’intensification se déroulent dans un pays appartenant à la sphère d’influence francophone ». Les premiers tests réalisés dans le cadre de l’ANR Corpus Géomédia semblent indiquer l’universalité de cette pratique.

3.2 Une information internationale aux ordres du pouvoir politique ?

L’information repose sur des sources et tous les travaux sur le journalisme des 50 dernières années montrent, comme le synthétise Bell, que : « News is what an authoritative source tells on jounalists […] The more elite the source, the more newsworthy the story » (1991, p. 191-192). Les travaux de Chomsky et Herman (traduits en français en 2008) ont montré, à l’aide d’analyses qualitatives et quantitatives, que les journaux de références nord-américains, pour décrire l’actualité dans les pays communistes d’une part, dans les dictatures d’Amérique latine d’autre part, s’alignaient de façon stricte sur la politique étrangère nord-américaine.

Les exemples abondent montrant une concordance forte entre les positions de la très grande majorité des journaux et les politiques gouvernementales. Henri Maler rappelle ainsi à propos de l’intervention américaine en Irak de 2003 que « Quasi unanime dans son soutien sans réserve (ou presque) aux guerres précédentes, la presse écrite s’est retrouvée, cette fois, dans un soutien quasi unanime à la position diplomatique défendue par Jacques Chirac » (Maler, 2003, p.131). Les contributions réunies par J.-M. Charon et A. Mercier (2004) aboutissent aux mêmes conclusions : lors qu’un État est engagé dans un conflit militaire, la très grande majorité des médias se range derrière le pouvoir politique. Comparant la couverture chinoise et américaine du bombardement de l’ambassade chinoise à Belgrade en 1999, Parsons et Xiaoge (2001) parvient à la même conclusion : « the leading newspapers in China and the United States adopted short-term, issue-oriented frames of reference that allied with their respective government positions ». Autre exemple, mais les références pourraient être multipliées, Saleem (2007) conclut que, lorsque les relations entre les États-Unis et un État tiers sont bonnes, la couverture médiatique de cet État est neutre ou positive ; inversement, « when relationship between the U.S. and the country in policy debate are tense, U.S. media framed negative image of that country. »

Note

* Est appelé « fait » une manifestation de tout ordre se produisant dans le monde ; la mention de ce fait dans un média le transforme en « actualité ».

Bibliographie

I. Abu-Lughod, 1962, News in the Arabic Press: A Comparative Content Analysis, The Public Opinion Quarterly, vol. 26, n°4, p. 600-612.
AFP, 2010, Abécédaire de l’AFP. Comment l’Agence informe sur le monde, Paris, Victoire éditions.
A. Bell, 1991, The Language of News Media, Oxford, Blackwell.
P.J. Boczkowski et M. de Santos, 2007, When More Media Equals Less News: Patterns of Content Homogenization in Argentina’s Leading Print and Online Newspapers, Political Communication, vol. 24, n°2, p. 167-180.
S. Brooker-Gross, 1983, Spatial Aspects of Newsworthiness, Geografiska Annaler, Series B, Human Geography, vol. 65, n°1, p. 1-9.
P. Charaudeau, G. Lochard et J.-C. Soulages, 1996, La construction thématique du conflit en ex-Yougoslavie par les journaux télévisés français (1990-1994), Mots, n°47, p. 89-108.
J.-M. Charon et A. Mercier (dir.), 2004, Armes de communication massive. Informations de guerre en Irak : 1991-2003, Paris, CNRS éditions.
A.G. Chaudhary, 2001, A Comparative Content Analytical Study of Negative News in Western and Third World Newspapers, Asian Journal of Communication, vol. 11, n°1, p. 25-50.
N. Chomsky et E. Herman, 2008 [2002], La fabrication du consentement. De la propagande médiatique en démocratie, Marseille, Agone.
S. Cottle et M. Ashton, 1999, From BBC Newsroom to BBC Newscentre: On Changing Technology and Journalist Practices, Convergence, vol. 5, n°3, p. 22-43.
E. Dagiral et S. Parasie, 2012, Presse en ligne : où en est la recherche ? Réseaux, n°2, p. 12-42.
N.B. Emenyeonu, 1995, Africa’s Image in the Local Press: An Analysis of African News in Some Nigerian Newspapers, Africa Media Review, vol. 9, n°2, p. 82-104.
J. Galtung et M.H. Ruge, 1965, The Structure of Foreign News. The Presentation of the Congo, Cuba and Cyprus Crises in Four Norwegian Newspapers, Journal of Peace Research, vol. 2, n°1, p. 64-91.
R.A. Hackett, 1989, Coups, Earthquakes and Hostages? Foreign News on Canadian Television, Canadian Journal of Political Science/Revue canadienne de science politique, vol. 22, n°4, p. 809-825.
T. Harcup et D. O’Neill, 2001, What Is News? Galtung and Ruge revisited, Journalism Studies, vol. 2, n°2, p. 261-280.
M. Herkenrath et A. Knoll, 2011, Protest events in international press coverage: An empirical critique of cross-national conflict databases, International Journal of Comparative Sociology, vol. 53, n°3, p. 163-180.
S. Lévêque et D. Ruellan (dir.), 2010, Journalistes engagés, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.
M. Lichbach, 1984, The International News about Governability: A Comparison of the New York Times and Six News Wire, International Interactions, vol. 10, n°3-4, p. 311-340.
H. Maler, 2003, Fragments d’analyse des médias français face à l’invasion de l’Irak, In O. Lamloum (dir.), Irak. Les médias en guerre, Paris/Le Méjean, Sindbad/Actes Sud, p. 105-142.
R. Mansell et K. Nordenstreng, 2006, Great Media and Communication Debates: WSIS and the MacBride Report, Information Technologies and International Development, vol. 3, n°4, p. 15-36.
J.W. Markham, 1961, Foreign News in the United States and South American Press, The Public Opinion Quarterly, vol. 25, n°2, p. 249-262.
J.-P. Marthoz, 2012, Journalisme international, Bruxelles, De Boeck.
E. Marty, N. Smyrnaios et A. Touboul, 2010, Variété et distribution des sujets d’actualité sur Internet. Une analyse quantitative de l’information en ligne, Mots. Les langages du politique, n°93, p. 107-126.
E. Marty, F. Rebillard, S. Pouchot et T. Lafouge, 2012, Diversité et concentration de l’information sur le web. Une analyse à grande échelle des sites d’actualité français, Réseaux, vol. 6, n°176, p. 27-72.
A. Mercier, 2006, Logiques journalistiques et lecture événementielle des faits d’actualité, Hermès, n°43, p. 23-35.
E. Östgaard, 1965, Factors Influencing the Flow of News, Journal of Peace Research, vol. 2, n°1, p. 39-63.
P. Parsons et X. Xiaoge, 2001, News Framing of the Chinese Embassy Bombing by the People’s Daily and the New York Times, Asian Journal of Communication, vol. 11, n°1, p. 51-67.
F. Robinet, 2013, La fabrique médiatique des événements internationaux : Afrique, un continent en marge (1994-2008) ?, Le Temps des médias, vol. 20, n°1, p. 152-167.
N. Saleem, 2007, U.S. Media Framing of Foreign Countries Image: An Analytical Perspective, Canadian Journal of Media Studies, vol. 2, n°1, p. 130-162.
J.H. Sigler, 1969, News Flow in the North African International Subsystem, International Studies Quarterly, vol. 13, n°4, p. 381-397.
W.A.E. Skurnik, 1981, A New Look at Foreign News Coverage: External Dependence or National Interests? African Studies Review, vol. 24, n°1, p. 99-112.
G. Tuchman, 1973, Making News by Doing Work : Routinizing the Unexpected, American Journal of Sociology, vol. 79, n°1, p. 110–131.
UNESCO, 1980, Voix multiples, un seul monde, Rapport de la Commission internationale d’étude des problèmes de la communication, Paris.
D. Wu, 2000, Systemic Determinants of International News Coverage: A Comparison of 38 Countries, Journal of Communication, vol. 50, n°2, p. 110-130.