Les déterminants de l’actualité internationale – synthèse bibliographique

Si cette synthèse s’appuie sur une bibliographie abondante, elle ne saurait évidemment prétendre à l’exhaustivité. N’hésitez pas à faire des commentaires ou à m’envoyer vos remarques (beauguittelaurent<at>hotmail<dot>com) afin que je puisse l’améliorer. Ceci est une version provisoire destinée à être enrichie.

Avec l’actualité politique, l’actualité internationale est généralement considérée comme l’un des secteurs nobles (Lévêque et Ruellan, 2010, p. 46-48) de la presse écrite dite de référence – la pertinence de cette catégorie ne sera pas discutée ici. De très nombreux travaux ont cherché depuis plusieurs décennies à mettre en évidence les facteurs permettant d’expliquer la transformation d’un fait se déroulant en un pays A en actualité dans le journal d’un pays B*. Les journaux ne pouvant tout traiter, une sélection s’impose – que ce soit dans le domaine de l’actualité internationale ou dans tous les autres domaines traités par le journal – et il est légitime de chercher à savoir comment cette sélection s’opère.

Une première partie revient sur le constat ancien de l’inégal traitement des faits en fonction du pays où ils se déroulent. La seconde partie s’intéresse aux déterminants proposés par différents chercheurs ainsi qu’aux contraintes journalistiques permettant d’expliquer l’inégale couverture médiatique des pays du globe. Enfin, une troisième et dernière partie, basée sur une littérature souvent plus critique à l’égard des médias, s’interroge sur le caractère éventuellement ethnocentré et politiquement orienté de l’actualité internationale. Si l’étude de la presse écrite domine, des travaux s’intéressant à d’autres médias (télévision, internet) sont également cités dans le texte.

1. Un constat ancien

Depuis les années 60, les études se sont succédées pour mettre en évidence l’inégalité des États dans l’actualité internationale : un même type de fait sera transformé ou non en actualité dans un État donné en fonction de l’endroit du globe où il se produit. Cette inégalité de traitement médiatique  n’est pas aléatoire et les pays les moins développés tendent à être  ignorés par les médias des pays développés. Si l’explication par la maxime du mort kilomètre (plus la distance entre le lectorat visé et le fait est grande, plus le nombre de victimes doit être important pour qu’un fait devienne actualité) est une première approximation, de nombreuses études empiriques ont prouvé ce biais dans le traitement de l’information.

1.1 Le mort kilomètre et ses variantes académiques

Östgaard (1965), citant une étude  de James W. Markham (1961), indique par exemple que « during a 30-day period in 1959, 37.7 per cent of foreign news from six different regions in the world published in seven South American newspapers came from the United States (column inches tabulated). But seven U.S. papers devoted only 4.3 per cent of its news from six different regions to reports from South America ».

Dans les années 80, Lichbach (1984) s’intéresse à l’écart entre le poids démographique des États et leur place dans le New York Times et six agences de presse. La conclusion est simple : « 50% of African coutries, 30% of East Asia/Pacific and Latin American countries, and 15% of Western European and Middle East/South Asian countries are not covered. » Hackett (1989), étudiant les médias canadiens, trouve que trois États (États-Unis, Royaume-Uni et France) représentent près de 50% des États évoqués dans l’actualité internationale. Et, quand les États du Tiers monde sont cités, il s’agit soit de violences politiques (50% des occurrences), soit de catastrophes naturelles.

Ce constat, toujours largement valide aujourd’hui, fut dans les années 60 et 70 à l’origine du débat de l’Unesco sur le Nouvel ordre mondial de l’information.

1.2 Le débat de l’UNESCO sur le Nouvel ordre mondial de l’information

Dans les années 60, chercheur-e-s issu-e-s du monde développé et leaders politiques issus du tiers monde, et notamment du Mouvement des non-alignés, s’accordent sur un constat simple : tout comme les flux économiques, les flux médiatiques Nord-Sud traduisent une inégalité forte. Deux griefs sont faits : les agences de presse dominantes – et donc l’information produite – sont toutes situées au Nord ; la vision des pays du Sud est simultanément faible en volume et négative au niveau du contenu.

Retracer la généalogie de ce débat et son issue décevante n’est pas l’objectif de cette partie qui vise simplement à rappeler quelques faits saillants (un billet dédié à ce sujet sera publié ultérieurement sur ce blog). Les réflexions lancées par les non-alignés amènent l’Unesco, auparavant sensible au credo de la libre circulation de l’information, à lancer une réflexion sur l’inégalité des flux d’information et ses conséquences, notamment pour les pays du sud (Emenyeonu, 1995). La volonté de produire une information originaire du Tiers monde se manifeste par la création de  l’agence de presse yougoslave Tanjug en 1975 et inaugurée officiellement au sommet des non-alignés de Colombo en 1976. L’issue de ces débats sera la publication du rapport MacBride (Unesco, 1980), Voix multiples, un seul monde (rapport disponible en ligne à l’adresse http://unesdoc.unesco.org/images/0004/000400/040066fb.pdf). Si le constat dressé par le rapport est peu contestable, les solutions proposées sont d’une grande timidité. Elles seront pourtant utilisées comme prétexte par les États-Unis et le Royaume-Uni pour quitter l’UNESCO, plongeant l’institution dans une profonde crise financière.

La domination occidentale sur la production de l’information reste d’actualité (Marthoz, 2012, p. 19 ; Mansell et Nordenstreng, 2006) et l’image des pays du sud, et notamment de l’Afrique, reste dans les médias occidentaux empreinte d’une évidente noirceur. Certaines études relativisent ce dernier constat. Ainsi, Emenyeonu (1995), étudiant l’image de l’Afrique dans trois quotidiens nigérians, montre que les visions négatives dominent très largement. Skurnik (1981), comparant la couverture de l’actualité internationale faite par le New York Times, Fraternité Matin (Côte d’Ivoire) et le Daily Nation (Kenya), montre que les journaux africains consacrent les deux tiers de l’actualité internationale aux pays du Tiers monde et que la proportion de nouvelles négatives n’est pas supérieure dans le New York Times. Chaudhary (2001) étudiant un corpus différent (4 journaux de référence dont un américain, un anglais, un indien et un nigérian) trouve des résultats similaires : si le regard porté par les médias du Nord sur le Sud est majoritairement négatif, l’inverse l’est aussi et les journaux indiens et nigérians parlent essentiellement des pays du Sud.

2. Valeurs d’actualité et contraintes journalistiques

Contrairement à une croyance naïve, les faits d’actualité ne s’imposent pas d’eux-mêmes mais sont l’objet d’une sélection, basée sur un certain nombre de critères, implicites ou explicites, que de nombreux travaux ont cherché à mettre en évidence. De nombreuses typologies sont possibles, celle proposée ici distingue les déterminants liés au fait lui-même des déterminants liés à la production de l’information.

2.1 Valeurs d’actualités

L’un des travaux les plus durablement influents sur ce sujet très souvent traité est celui de Galtung et Ruge (1965) : étudiant la couverture par quatre journaux norvégiens des crises au Congo, à Cuba et à Chypre, ils émettent une série d’hypothèses expliquant la transformation des faits en actualité. Les valeurs d’actualités testées sont notamment l’importance de l’État (on parlera surtout des nations les plus riches), la distance culturelle, la présence d’individus, favorables à l’identification, et le statut des personnes impliquées (on parlera plus volontiers des stars que des gens ordinaires et, pour ces dernières, une actualité négative est nécessaire). Pour citer les auteurs : « The more the event concerns elite nations, the more probable that it will become a news item. […] The more the event concerns elite people, the more probable that it will become a news item. […] The more the event can be seen in personal terms, as due to the action of specific individuals, the more probable that it will become a news item. »

Sigler, testant en 1969 ces critères sur la presse du Maghreb, reformule ces facteurs de la façon suivante : » Foreign news tends to flow from high-ranking countries to low-ranking countries, from the dominant international system to subordinate systems, and from high-ranking countries to low-ranking countries within the same sub- ordinate system.  H 2. The lower the rank of a country, the more negative will the news about that country tend to be.  H 3. The more distant the country geographically and culturally, the more negative will news about that country tend to be. » S’il valide ces trois hypothèses, il met également en évidence l’importance du lien colonial comme facteur favorisant la couverture internationale.

Les critères proposés par Galtung et Ruge ont été critiqués, discutés, enrichis (voir notamment Wu, 2000), mais leur pertinence reste d’actualité. Étudiant la couverture des manifestations dans trois pays d’Amérique latine par la presse anglophone, Herkenrath et Knoll (2011) concluent ainsi : « Possible country differences in international protest coverage can ultimately be explained by the (spatial, cultural, political and economic) ‘proximity’ of the venue of the event to the place where the medium is published and the worldwide political and economic importance of the nation in which the event occurs (‘elite nation’). »

Si la majorité des études s’intéressent aux journaux occidentaux, plusieurs chercheurs se sont intéressés aux facteurs expliquant le traitement de l’actualité internationale dans les pays du Sud et les critères trouvés sont généralement similaires. Ainsi, Abu-Lughod (1962) en étudiant la couverture internationale dans la presse arabe identifie trois grands facteurs explicatifs : la puissance de l’État, l’impact possible sur l’État arabe et enfin la distance géographique. Enfin, plusieurs auteurs ont montré que ces critères s’appliquaient également à la couverture de l’actualité nationale (Brooker-Gross, 1983 ; Harcup et O’Neill, 2001), même si des critères supplémentaires – et notamment la possibilité d’illustrer l’actualité – se sont ajoutés.

2.2 Contraintes organisationnelles

Si ces valeurs d’actualité pèsent sur l’actualité internationale, il est nécessaire de souligner de contraintes organisationnelles propres au travail journalistique. Tout d’abord, et il est nécessaire de rappeler cette banalité, l’actualité en général est un produit destiné à être vendu et donc à satisfaire une clientèle donnée – ceci est vrai pour les agences de presse comme pour les journaux de presse écrite. Cette vision commerciale est affichée y compris dans les guides de l’AFP où l’on peut notamment lire : « Les journalistes texte doivent savoir que leur dépêche se vendra beaucoup mieux si elle est accompagnée d’une photo ou d’un graphique » (AFP, 2010, p. 92). Ce constat n’est pas récent, Östgaard soulignait en 1965 que « the work of the agencies primarily is motivated by the wish to ‘sell’ the news services to the clients, and that major efforts are therefore made to ‘satisfy’ these clients ». Pour qu’un fait se produisant à l’étranger devienne une actualité internationale dans un média, il faut donc que le public visé par ce média soit sensible à cet aspect de la réalité.

Dans la très grande majorité des cas, la source de l’actualité internationale est constituée par les dépêches d’agences de presse – dans l’article déjà cité de Galtung et Ruge, 95% des items provenaient d’agences de presse. La couverture plus ou moins complète du globe par les agences déterminera donc en grande partie la couverture médiatique faite a posteriori dans les médias abonnés à ces agences. L’AFP par exemple indique avoir plus de 2200 collaborateurs dans 150 pays (http://www.afp.com/fr/agence/afp-monde/, consulté le 27 février 2014). Il y a donc 43 États membres de l’ONU où l’AFP ne dispose d’aucun collaborateur. L’Associated Press est elle présente dans 110 États seulement (http://www.ap.org/Company/annual-meeting/2013/annual-report/index.html#/AP-By-The-Numbers, consulté le 27 février 2014).

Autre contrainte organisationnelle : la concurrence. Une information considérée comme importance pour un journal de référence sera reprise par les autres journaux ; le mimétisme médiatique – ou la « circulation circulaire de l’information » pour reprendre une expression de Bourdieu – a été démontré à des multiples reprises et internet semble, d’après plusieurs études récentes, aggravé cette situation (sur cet aspect qui sera traité dans un billet à venir, voir notamment Marty et al. 2010 et 2012 pour le cas français ; Boczkowski et de Santos, 2007, pour le cas argentin ; Dagiral et Parasie, 2012, pour l’Allemagne et Cottle et Ashton, 1999, pour la Grande Bretagne).

Enfin, plusieurs auteurs ont montré que les faits les plus couverts médiatiquement – au niveau national comme au niveau international – sont les faits prévisibles (compétitions sportives, rencontres au sommet, etc.) et les faits pour lesquels les journalistes disposent d’une documentation clé en main fournis par les promoteurs de l’événement (Hartcup et O’Neill, 2001), l’enjeu, notamment pour la presse quotidienne, étant de limiter au maximum la part d’imprévisible (Tuchman, 1973).

3. Une actualité internationale ethno-centrée et politiquement orientée ?

3.1 Une actualité internationale auto-centrée ?

L’actualité internationale est censée couvrir ce qui se passe… à l’étranger. Or, bien souvent, cette actualité implique le pays où le fait est transformé en nouvelle. Comme l’indique A. Mercier, « un fait étranger devient aussi un événement international quand il fait écho aux préoccupations nationales. » (Mercier, 2006). Étudiant la couverture du conflit yougoslave, Charaudeau et al. (1996) montrent ainsi que plus l’armée française intervient, plus les médias parlent du conflit, le pic d’attention médiatique correspondant à la visite de F. Mitterrand à Sarajevo. Robinet (2013), s’intéressant à la couverture médiatique des conflits africains entre 1994 et 2008 (presse écrite, télévisions et agence de presse), parvient à des conclusions similaires : lorsqu’un pic d’attention apparaît, cela correspond dans « plus de 60% [des cas à] une implication de la France ou de Français dans le déroulement des faits […] . De plus, plus de 60% de ces moments d’intensification se déroulent dans un pays appartenant à la sphère d’influence francophone ». Les premiers tests réalisés dans le cadre de l’ANR Corpus Géomédia semblent indiquer l’universalité de cette pratique.

3.2 Une information internationale aux ordres du pouvoir politique ?

L’information repose sur des sources et tous les travaux sur le journalisme des 50 dernières années montrent, comme le synthétise Bell, que : « News is what an authoritative source tells on jounalists […] The more elite the source, the more newsworthy the story » (1991, p. 191-192). Les travaux de Chomsky et Herman (traduits en français en 2008) ont montré, à l’aide d’analyses qualitatives et quantitatives, que les journaux de références nord-américains, pour décrire l’actualité dans les pays communistes d’une part, dans les dictatures d’Amérique latine d’autre part, s’alignaient de façon stricte sur la politique étrangère nord-américaine.

Les exemples abondent montrant une concordance forte entre les positions de la très grande majorité des journaux et les politiques gouvernementales. Henri Maler rappelle ainsi à propos de l’intervention américaine en Irak de 2003 que « Quasi unanime dans son soutien sans réserve (ou presque) aux guerres précédentes, la presse écrite s’est retrouvée, cette fois, dans un soutien quasi unanime à la position diplomatique défendue par Jacques Chirac » (Maler, 2003, p.131). Les contributions réunies par J.-M. Charon et A. Mercier (2004) aboutissent aux mêmes conclusions : lors qu’un État est engagé dans un conflit militaire, la très grande majorité des médias se range derrière le pouvoir politique. Comparant la couverture chinoise et américaine du bombardement de l’ambassade chinoise à Belgrade en 1999, Parsons et Xiaoge (2001) parvient à la même conclusion : « the leading newspapers in China and the United States adopted short-term, issue-oriented frames of reference that allied with their respective government positions ». Autre exemple, mais les références pourraient être multipliées, Saleem (2007) conclut que, lorsque les relations entre les États-Unis et un État tiers sont bonnes, la couverture médiatique de cet État est neutre ou positive ; inversement, « when relationship between the U.S. and the country in policy debate are tense, U.S. media framed negative image of that country. »

Note

* Est appelé « fait » une manifestation de tout ordre se produisant dans le monde ; la mention de ce fait dans un média le transforme en « actualité ».

Bibliographie

I. Abu-Lughod, 1962, News in the Arabic Press: A Comparative Content Analysis, The Public Opinion Quarterly, vol. 26, n°4, p. 600-612.
AFP, 2010, Abécédaire de l’AFP. Comment l’Agence informe sur le monde, Paris, Victoire éditions.
A. Bell, 1991, The Language of News Media, Oxford, Blackwell.
P.J. Boczkowski et M. de Santos, 2007, When More Media Equals Less News: Patterns of Content Homogenization in Argentina’s Leading Print and Online Newspapers, Political Communication, vol. 24, n°2, p. 167-180.
S. Brooker-Gross, 1983, Spatial Aspects of Newsworthiness, Geografiska Annaler, Series B, Human Geography, vol. 65, n°1, p. 1-9.
P. Charaudeau, G. Lochard et J.-C. Soulages, 1996, La construction thématique du conflit en ex-Yougoslavie par les journaux télévisés français (1990-1994), Mots, n°47, p. 89-108.
J.-M. Charon et A. Mercier (dir.), 2004, Armes de communication massive. Informations de guerre en Irak : 1991-2003, Paris, CNRS éditions.
A.G. Chaudhary, 2001, A Comparative Content Analytical Study of Negative News in Western and Third World Newspapers, Asian Journal of Communication, vol. 11, n°1, p. 25-50.
N. Chomsky et E. Herman, 2008 [2002], La fabrication du consentement. De la propagande médiatique en démocratie, Marseille, Agone.
S. Cottle et M. Ashton, 1999, From BBC Newsroom to BBC Newscentre: On Changing Technology and Journalist Practices, Convergence, vol. 5, n°3, p. 22-43.
E. Dagiral et S. Parasie, 2012, Presse en ligne : où en est la recherche ? Réseaux, n°2, p. 12-42.
N.B. Emenyeonu, 1995, Africa’s Image in the Local Press: An Analysis of African News in Some Nigerian Newspapers, Africa Media Review, vol. 9, n°2, p. 82-104.
J. Galtung et M.H. Ruge, 1965, The Structure of Foreign News. The Presentation of the Congo, Cuba and Cyprus Crises in Four Norwegian Newspapers, Journal of Peace Research, vol. 2, n°1, p. 64-91.
R.A. Hackett, 1989, Coups, Earthquakes and Hostages? Foreign News on Canadian Television, Canadian Journal of Political Science/Revue canadienne de science politique, vol. 22, n°4, p. 809-825.
T. Harcup et D. O’Neill, 2001, What Is News? Galtung and Ruge revisited, Journalism Studies, vol. 2, n°2, p. 261-280.
M. Herkenrath et A. Knoll, 2011, Protest events in international press coverage: An empirical critique of cross-national conflict databases, International Journal of Comparative Sociology, vol. 53, n°3, p. 163-180.
S. Lévêque et D. Ruellan (dir.), 2010, Journalistes engagés, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.
M. Lichbach, 1984, The International News about Governability: A Comparison of the New York Times and Six News Wire, International Interactions, vol. 10, n°3-4, p. 311-340.
H. Maler, 2003, Fragments d’analyse des médias français face à l’invasion de l’Irak, In O. Lamloum (dir.), Irak. Les médias en guerre, Paris/Le Méjean, Sindbad/Actes Sud, p. 105-142.
R. Mansell et K. Nordenstreng, 2006, Great Media and Communication Debates: WSIS and the MacBride Report, Information Technologies and International Development, vol. 3, n°4, p. 15-36.
J.W. Markham, 1961, Foreign News in the United States and South American Press, The Public Opinion Quarterly, vol. 25, n°2, p. 249-262.
J.-P. Marthoz, 2012, Journalisme international, Bruxelles, De Boeck.
E. Marty, N. Smyrnaios et A. Touboul, 2010, Variété et distribution des sujets d’actualité sur Internet. Une analyse quantitative de l’information en ligne, Mots. Les langages du politique, n°93, p. 107-126.
E. Marty, F. Rebillard, S. Pouchot et T. Lafouge, 2012, Diversité et concentration de l’information sur le web. Une analyse à grande échelle des sites d’actualité français, Réseaux, vol. 6, n°176, p. 27-72.
A. Mercier, 2006, Logiques journalistiques et lecture événementielle des faits d’actualité, Hermès, n°43, p. 23-35.
E. Östgaard, 1965, Factors Influencing the Flow of News, Journal of Peace Research, vol. 2, n°1, p. 39-63.
P. Parsons et X. Xiaoge, 2001, News Framing of the Chinese Embassy Bombing by the People’s Daily and the New York Times, Asian Journal of Communication, vol. 11, n°1, p. 51-67.
F. Robinet, 2013, La fabrique médiatique des événements internationaux : Afrique, un continent en marge (1994-2008) ?, Le Temps des médias, vol. 20, n°1, p. 152-167.
N. Saleem, 2007, U.S. Media Framing of Foreign Countries Image: An Analytical Perspective, Canadian Journal of Media Studies, vol. 2, n°1, p. 130-162.
J.H. Sigler, 1969, News Flow in the North African International Subsystem, International Studies Quarterly, vol. 13, n°4, p. 381-397.
W.A.E. Skurnik, 1981, A New Look at Foreign News Coverage: External Dependence or National Interests? African Studies Review, vol. 24, n°1, p. 99-112.
G. Tuchman, 1973, Making News by Doing Work : Routinizing the Unexpected, American Journal of Sociology, vol. 79, n°1, p. 110–131.
UNESCO, 1980, Voix multiples, un seul monde, Rapport de la Commission internationale d’étude des problèmes de la communication, Paris.
D. Wu, 2000, Systemic Determinants of International News Coverage: A Comparison of 38 Countries, Journal of Communication, vol. 50, n°2, p. 110-130.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *