Un baromètre géomédiatique international : enjeux et perspectives.

par Claude Grasland, Université Paris Diderot, sur la base de premiers travaux du GIS-CIST réalisés en 2010-2011 avec Marta Severo, Timothée Giraud et Pierre Beckouche.

L’idée de créer un baromètre géomédiatique international remonte aux premières discussions entre géographes, spécialistes des médias et informaticiens qui eurent lieu en 2010-2011 dans le cadre de ce qui allait devenir l’axe « Médias et Territoire » du  GIS CIST (Collège international des Sciences du Territoire) .

Dans une perspective que l’on peut juger a posteriori naïve, nous avions cru possible de reconstituer une sorte de film des événements mondiaux qui serait fondée sur le repérage des pics de dépêches de presse parlant d’un pays et plus généralement sur les ruptures ou transition dans des séries temporelles. Les expériences menées à l’aide de la base FACTIVA consistèrent à relever le nombre de dépêches mensuelles consacrées aux différents pays du Monde en se fiant aux « tags pays » et en agrégeant de façon indifférenciée tous les journaux contenus dans la base. Le choix d’une granularité mensuelle était arbitraire (on aurait aussi bien pu travailler sur des périodes plus longues avec une granularité annuelle ou plus courtes avec une granularité hebdomadaire voire journalière).

Le résultat obtenu lors des premiers tests réalisés semblait assez convaincant lorsqu’il était appliqué à de petits pays comme l’Islande. Ces pays disposant d’un niveau de médiatisation faible, les événements exceptionnels y prennent d’autant plus de relief. On peut voir ci-dessous l’impact très clair des pics correspondant respectivement

  • au krach économique du 6 octobre 2008 et la crise financière qui s’ensuit
  • l’éruption du volcan Eyjafjöll du 20 Mars 2010 qui va bloquer pendant plusieurs semaines le trafic aérien sur l’Atlantique Nord
  • l’éruption du volcan Grimsvötn du 21 Mai 2011 dont on craint qu’elle ne bloque à nouveau le trafic aérien, ce qui ne se produira finalement pas.

iceland

Naturellement, les courbes de médiatisation des pays ne révèlent  pas toujours des pics aussi limpides que ceux de l’Islande et de nombreuses difficultés statistiques apparaissent lorsque l’on passe à des pays plus importants comme le Japon où seul un événement de la puissance de Fukushima est capable de produire une inflexion nette dans la masse des nouvelles consacrées régulièrement à ce pays.

Une cartographie des écarts significatifs de médiatisation entre un mois et les six précédents montrent bien le problème sur l’exemple de la période Décembre 2010- Juillet 2011 :


télécharger le document au format pdf

Ces expériences ont été stoppées en raison de doutes croissant sur l’intérêt de l’emploi d’une base de données payante où sont agrégés des milliers de journaux et où la reconnaissance des pays est le résultat d’un système de métadonnées très opaque et manifestement hétérogène. Nous avons alors exploré la piste des flux RSS internationaux comme source alternative de création d’un baromètre géomédiatique international, ce qui devait aboutir au dépôt de l’ANR Corpus Géomédia.

L’utilisation des flux RSS d’une centaine de journaux échantillonnés convenablement devrait permettre de reprendre ce projet de baromètre géomédiatique international dans une perspective radicalement différente. Il ne s’agirait plus en effet d’agréger a priori les sources d’information mais au contraire de tirer parti de la pluralité des capteurs enregistrant les événements. Une éruption volcanique islandaise se produisant en 2015 pourrait être décrite par une centaine de séries temporelles correspondant à chacun des flux RSS. La question serait alors de savoir si cette éruption constitue un pic pour l’ensemble de ceux-ci ou pour une partie seulement d’entre eux. La magnitude de l’événement serait en quelque sorte évaluée par la quantité de capteurs ayant enregistré un signal non ambigu. Et plus généralement, une régionalisation géographique ou une sociologie médiatique de l’impact de l’événement pourrait être envisagé  si les flux RSS ayant signé l’événement se regroupent sur le plan spatial ou sur d’autres caractéristiques de ligne éditoriale.

Projet intéressant mais difficile car il suppose de lever au préalable toute une série de difficultés, dont la moindre n’est pas l’identification des pays dans les titres ou résumés des flux RSS. Et il est clair que les méthodes statistiques rudimentaires qui avaient été mises en œuvre  dans les premières phases de test doivent être complètement remises à plat.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *